Pour gérer vos consentements :
Categories: CloudStockage

NetApp muscle ses baies flash entrée et haut de gamme

Croissance des données, applications comme les bases de données ou la virtualisation des postes de travail, les tendances ne manquent pas pour les spécialistes du stockage. Si on ajoute à cela les contraintes de temps et de budget, les responsables IT s’interrogent sur la pertinence de créer des environnements de stockage dédiés ou partagés. « Le coût au Go est en général le juge arbitre », assure Eric Antibi, directeur de NetApp France.  Pour autant, la technologie flash est en train de se démocratiser et les gains apportés sont conséquents pour que les fournisseurs de solutions de stockage étoffent leur portefeuille.

C’est le cas de NetApp qui vient d’annoncer l’évolution de deux gammes. La première s’adresse à l’entrée et milieu de gamme en visant le marché des systèmes de stockage partagé. La série 2000 comprend trois nouveautés, le 2520 qui peut accueillir jusqu’à 4 To de mémoire flash, 84 disques pour une capacité de 336 To. Les séries 2552 et 2554 comprennent aussi 4 To de mémoire flash, mais 144 disques pour des capacités allant de 518 To (en SAS) à 576 To (en SATA). Selon Eric Antibi, « avec la mémoire flash, l’accélération pour les applications est importante et les capacités ont été aussi fortement augmentées par rapport aux séries précédentes ».

La baie 8080 Ex pour contrer la concurrence

L’autre annonce concerne le haut de gamme, un marché pourtant touché par la crise selon la récente étude d’IDC sur les ventes au début de l’année 2014. Le constructeur dévoile la baie 8080 Ex, la remplaçante de la baie 6920. Sur la partie technique, elle peut embarquer du 100% flash avec une capacité de 5,76 Po avec 1440 disques, selon Eric Antibi, mais « pour commencer on peut intégrer un demi Po de flash en cache, plus des disques pour dynamiser certaines applications ». En mode cluster, la capacité peut atteindre 69 Po avec une modularité de 2 à 24 noeuds. La firme américaine promet une gestion jusqu’à 4 millions d’entrées/sorties par seconde. Elle s’oriente vers des applications de type VDI notamment. Le tout est géré comme pour les séries 2000 par le logiciel maison DataONTAP.

Avec ce renouvellement, NetApp n’entend pas se laisser distancer dans le flash où la concurrence fait rage avec EMC, Dell, HP, IBM, HDS, mais également la montée en puissance des start-ups comme Pure Storage, SolidFire ou Violin Memory.

A lire aussi :

IBM divorce de NetApp pour promouvoir ses offres de stockage maison

Eric Antibi, NetApp : « le full flash pour des performances extrêmes »

Recent Posts

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

18 minutes ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

2 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

7 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

1 jour ago

HPE Discover 2022 : Red Hat rejoint l’écosystème GreenLake

OpenShift, RHEL, Ansible... Red Hat va proposer une version sur site avec paiement à l'usage…

1 jour ago

Performance applicative : pas d’analyse sans observabilité ?

Cette année, le Magic Quadrant de l'APM (gestion de la performance applicative) englobe officiellement l'observabilité.…

1 jour ago