NetApp prépare sa révolution avec flash

CloudStockage

NetApp est le premier grand acteur du stockage à annoncer une baie flash entièrement conçue en interne, et prépare le futur avec une architecture de nouvelle génération.

Tom Georgens, CEO de NetApp
Tom Georgens, CEO de NetApp

En direct de la Silicon Valley : technologie de rupture dans un domaine, le stockage, qui est en cours de faire sa révolution par son intermédiaire, la mémoire flash s’impose désormais comme incontournable du futur de l’industrie.

NetApp l’a bien compris, qui pour la première fois depuis dix ans a convié la presse internationale à assister à son siège à une série de lancements stratégiques pour son avenir.

NetApp flashé en tête

Ainsi donc, NetApp est le premier grand acteur mondial du stockage à présenter des produits de stockage flash ‘maison’. Jusqu’à présent, ces mêmes acteurs se sont contentés d’ajouter à leurs catalogues des produits en provenance de start-ups afin de satisfaire les demandes de clients impatients de déployer ces puissantes solutions. Si tous fourbissent leurs armes pour proposer leurs propres produits, NetApp vient de tirer le premier !

Pour Tom Georgens, CEO de NetApp, le moment est venu de rappeler que la société n’est pas numéro deux mondial du stockage pour rien, et que cette réussite provient à la fois de sa capacité d’innovation, mais également de sa proximité avec ses partenaires et OEM, qui représentent plus de 80% de son chiffre d’affaires (6,2 milliards de dollars), ainsi que de son écoute des utilisateurs. Encore faut-il répondre à la demande, et elle se révèle forte autour des technologies de stockage sur mémoire flash.

Performance vs capacité

Les attentes des utilisateurs sont claires, elles portent sur trois thèmes : la vitesse, l’économie et la scalabilité. « Nos clients nous demandent comment exploiter les IT au profit de leur business et générer plus de revenus. La réponse porte sur l’accélération de la prise de décision et de la mise sur le marché. »

Manish Goel
Manish Goel

Sur le datacenter, NetApp entend jouer la carte de la mixité des modèles de déploiement afin d’évoluer vers une infrastructure partagée et de basculer vers un système unique d’infrastructure de stockage destiné à répondre à la grande majorité des attentes ; complété de solutions spécifiques destinées à répondre à des besoins d’infrastructures dédiées. C’est là que NetApp concentre, dans un premier temps, sa stratégie flash.

« L’impact de flash sur les bases de données, l’informatique traditionnelle et le stockage est porteur de la révolution, enchaine Tom Georgens. Se pose cependant la question du comment l’exploiter pour maximiser les infrastructures en délivrant les capacités d’aujourd’hui et en maintenant l’évolution et les capacités pour le futur. »

Flash s’impose, le disque dur reste

La réponse qu’apporte NetApp à cette question, c’est Manish Goel, vice-président exécutif Product Ops du fabricant qui nous l’apporte. En se posant lui même une question : de quel flash parlons-nous ?

« Le disque dur offre les capacités au meilleur coût. La performance du flash n’est pas chère, en revanche le coût à la capacité est élevé. Il faut donc définir les priorités et savoir comment combiner ces deux technologies. Le disque dur pour l’approche traditionnelle sur la capacité, l’accélération flash pour augmenter les performances du disque dur. »

L’exploitation de la technologie flash n’est pas nouvelle chez NetApp. En 2009, le constructeur annonçait Flash Cache, un cache sur mémoire flash qui accélère le disque dur. En 2011, NetApp introduisait ses premiers disques SSD (Solid State Drive). En 2012, il présentait Flash Pool, un cache SSD/HDD. Et plus récemment Flash Accel, un accélérateur de la performance des applications en cache.

NetApp Flash Array EF450 et le re-design FlashRay

L’annonce de la baie Flash Array EF450 (à lire sur notre article sur les annonces de NetApp) vient confirmer le choix de NetApp de se positionner tout d’abord sur les infrastructures dédiées.

Pour affronter les start-ups qui misent sur la performance et répondre à ses clients qui demandent également plus de performance, le constructeur propose une solution en rack construite sur son système d’exploitation SANtricity, mais avec une approche qualifiée d’« enterprise capacity » considérée comme différenciatrice. Le constructeur considère ici une vision business et le support, qui manquent aux jeunes pousses qui, à l’inverse pour se différencier, misent sur la puissance, mais parfois en oublient le service au client.

Si l’on considère que EF450 comble un vide dans le catalogue NetApp, la seconde annonce du jour est autrement plus ambitieuse. FlashRay (à lire également sur notre article sur les annonces de NetApp) est le projet de re-design de son OS autour du flash et de la gestion de données (data management) destiné à la création de solutions de stockage de grande taille.

« Notre priorité va à l’efficacité économique, affirme Manish Goel. L’informatique flash est différente de l’informatique HDD. Elle demande performance, efficacité du stockage, capacités de classe entreprise, et scalabilité. C’est pourquoi nous travaillons à un design exclusif pour exploiter les capacités de flash ». FlashRay est une technologie en devenir, la bêta sera disponible à la mi 2013, et le produit fini probablement début 2014.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur