Netvault, de BakBone, profite du téléchargement logiciel

Régulations

Serait-ce dû au manque de marketing et de communication? L’éditeur de NetVault ‘Replicator’, une solution de sauvegarde miroir très rapide, constate qu’en France près d’un tiers des ventes passent par une connexion sur son site Web avec téléchargement de versions tests

Combien de responsables utilisateurs de systèmes de sauvegarde et de restauration/réplication savent le nom de l’éditeur de Netvault? Pas tous…

La nouvelle équipe de BakBone France le reconnaît: il y a un déficit d’image sur le nom de la société. “Netvault” est une marque qui prend sa place au soleil dans l’univers des solutions de sauvegarde “oecuméniques”, tandis que la raison sociale BakBone (sans ‘c’!) Software reste confidentielle ou presque. Alors, la preuve qu’on peut se dispenser du marketing et se contenter du “bouche-à-oreille, ou de son vaste réseau de distribution? Pas certain. Car la nouvelle équipe BakBone France, encadrée depuis quelques mois par Eric Heddeland, directeur Europe du Sud (qui a passé 4 ans chez Veritas Software, de 1998 à 2002, puis 3 ans chez PowerQuest, absorbé par Symantec) veut changer la donne. La communication, l’accompagnement du distributeur/importateur -Memodis- et de tout le réseau de distribution (direct, A2P StoreData, et indirect, Orbyte, Exodis, Overlap…) et les nombreux constructeurs de bandes et les distributeurs OEM (NCR Teradata, NetApp, Certance, Snap Appliance) , sans oublier le suivi des grands comptes, font désormais partie des priorités. Deux managers sont nommés en conséquence: un responsable “grands comptes“, Guillaume Boutin (un ex-Overlap et Veritas), et un responsable “partenaires France“, Frank Pylypyszyk (ex Snap Appliance). Le fait est qu’aujourd’hui beaucoup de responsables de solutions de sauvegarde et de stockage (près d’un tiers) découvrent BakBone Software en allant télécharger des versions tests sur 30 ou 45 jours. Côté développement, BakBone Software France prévoit l’arrivée de la version 8 de NetVault pour octobre 2006. Elle intégrera de nouvelles fonctions graphiques, support élargi de plates-formes systèmes mais surtout les fonctionnalités de réplication, nouveau fer de lance de l’éditeur, (Replicator, cf. le rachat de Constant Data). En parallèle, la version la plus récente de NetVault (7.4.2) arrive en français, un atout pour les utilisateurs candidats du secteur public. Pour rappel, l’un des points forts de NetVault depuis son origine au sein du groupe AT&T il y a 6 ans environ, est son capacité à gérer, depuis un poste d’administrateur centralisé, toutes les sauvegardes et restaurations de différents environnements multi-constructeurs, multi-OS. C’est l’avantage premier de sa console dite IDP (Integrated data protection). L’autre atout que lui reconnaissent ses utilisateurs, par rapport à la concurrence (Atempo, Legato, Veritas…), c’est son agencement modulaire: l’intégration de nouvelles applications, de nouveaux systèmes de fichiers ou de sous-ensemble ‘hardware’ (disques ou lecteurs de bande, etc.) se fait par rajout de modules. “L’important, souligne Eric Heddeland,c’est que nous resterons “hétérogènes” dans notre approche des solutions, très multi plates-formes (Windows, Novell, Macintosh, Linux, Solaris, HP-Ux, Aix…). Nos outils préservent les meta-données de chaque environnement constructeur et les fédèrent. Voilà pourquoi des grands comptes comme Airbus, Atac (Auchan), CNRS, Crédit Agricole… nous ont choisis“. Plusieurs benchmarks récents confirment que, dans les solutions de ‘back-up’, le critère important est la rapidité de réplication des données. “Pour certains comptes, c’est même l’occasion de constater que c’est le réseau qui ne suit pas, quand bien même il serait doté de commutateurs à très haut débit…“. Stratégiquement, BakBone Software s’inscrit dans le concept prometteur du fameux “CDP” (continuous data protection), ce qui signifie jusqu’à l’étape finale du traitement des données: l’archivage.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur