Neuf Cegetel lance la fibre à Paris, moins chère qu’à Pau

Régulations

Les lancements se multiplient pour l’opérateur qui entend distancer son rival
Free

Une semaine après Pau, c’est à grand renfort de publicités que Neuf Cegetel annonce le lancement de son offre en fibre optique à Paris.

« 100 % Neuf Box en Fibre Optique » permettra aux foyers éligibles (7 arrondissements) d’accéder à une connexion à très haut débit (jusqu’à 50 Mbit/s), de téléphoner en illimité, et de regarder en simultané la Télévision Haute Définition.

Comme à Pau, l’opérateur s’appuiera sur un réseau déjà existant, en l’occurrence Erenis à Paris. Soit 55.000 logements raccordables et 100.000 à venir. Neuf Cegetel complétera ce réseau en déployant ses propres infrastructures ou en utilisant son propre réseau parisien.

Rappelons que Neuf Cegetel explique avoir déployé un réseau national d”infrastructure de câble de fibre otique. 2,8 milliards d’euros ont été ainsi investis pour installer 45.000 km de câbles et construire des boucles métropolitaines dans les grandes villes françaises et raccorder des sites d’opérateurs et d’entreprises.

Côté prix, Neuf Cegetel a dévoilé un nouveau tarif. Si les palois devront payer 34,90 euros par mois pour le triple-play à très haut débit, les parisiens ne débourseront que 29,90 euros par mois, soir le même tarif que Free…

Une différence qui s’explique par des exploitations de réseau différentes. A Pau, l’opérateur travaillera en collaboration avec Pau Broadband Country, propriétaire du réseau, commercialisé par MediaFibre (racheté par Neuf Cegetel). A Paris, le groupe contrôle la chaîne de bout en bout : du réseau à la commercialisation.

Grâce à ses différents réseaux, l’opérateur vise 1 million de logements raccordés en FTTx fin 2009 et 250.000 clients connectés. FFTx car le groupe entend utiliser les deux technologies disponibles : le FTTH (la fibre va jusqu’au foyer de l’abonné) et le FTTB (la fibre s’arrête dans l’immeuble, la dernière liaison étant assurée en xDSL).

Neuf Cegetel entend aller vite pour prendre position dans ce marché de rupture que représente la fibre optique. Mais ses fidèles concurrents sont loin d’être inactifs.

Illiad, la maison mère de Free a annoncé qu’elle dépensera 1 milliard d’euros pour déployer en 2007 son propre réseau à Paris et dans certaines villes de province. Le groupe s’est par ailleurs emparé de CitéFibre, opérateur indépendant parisien qui compte quelques centaines de clients en FFTB. Une offre à 50 Mb/s pour 29,99 euros par mois devrait être lancée en juin prochain.

De son côté, France Télécom a annoncé le lancement d’une offre à 100 Mb/s pour 44,90 euros par mois dans des immeubles parisiens (3e, 4e, 6e, 7e, 13e et 16e arrondissements), à Asnières sur Seine, Boulogne Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Rueil-Malmaison et Villeneuve la Garenne.

En province, certains quartiers de Lyon, Poitiers et Toulouse sont également concernés par ce pré-déploiement.

Plus chère, l’offre d’Orange est aussi plus rapide puisque elle promet le 100 Mb/s.

L’offre sera ensuite étendue aux 5e, 15e et 1er arrondissement de Paris, dans des quartiers de Clichy la Garenne, Levallois et Neuilly-sur-Seine et à Poitiers, Marseille, Lille, Toulouse et Lyon.

Orange cible 150.000 à 200.000 clients raccordés sur une base de plus d’un million de clients raccordables fin 2008. Les investissements cumulés pour la période 2007-2008 sont évalués à 270 millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur