Neuf Cegetel mise sur les contenus pour doper sa croissance

Régulations

A l’occasion de la publication de ses résultats annuels, l’opérateur a fait le point sur sa stratégie : haut débit, services, fibre optique, WiMax, fusion avec SFR, rachat d’Alice…

Neuf Cegetel tourne une page. Le premier opérateur alternatif français a présenté pour la dernière fois ses résultats annuels en tant que groupe indépendant. En effet, son actionnaire SFR (Vivendi) est en passe de prendre le contrôle du groupe de Jacques Veyrat. L’opération devrait être bouclée entre mai et octobre, selon le p-dg qui quittera Neuf Cegetel à ce moment là.

Pour cette “dernière” avant fusion, Neuf Cegetel a présenté des performances financières plutôt solides (lire notre encadré). Grâce à ses acquisitions (AOL France et Club-Internet), la branche grand public progresse fortement et devient de loin la locomotive du groupe (47% de l’activité). Son chiffre d’affaires atteint 1,4 milliard d’euros sur 2007 (+65%).

Comme son grand concurrent Orange, Neuf Cegetel mise fortement sur les contenus afin de faire progressé le revenu moyen par abonné qui est passé de 35 à 36 euros par abonnés. Le groupe a donc présenté de nouveaux services à valeur ajoutée qui viendront compléter l’offre existante comme la TV (750.000 clients) ou la musique (7 millions de téléchargements).

Nouveaux contenus et services

Deux annonces importantes ont été faites ce mardi. Neuf va mettre l’accent sur la vidéo à la demande en devenant éditeur de sa propre plate-forme. “Fort de 750 000 clients Neuf TV fin 2007 et de l’expérience acquise sur son service de vidéo à la demande lancé il y a plus d’un an, Neuf Cegetel a fait le choix d’acquérir des droits d’exploitation en direct et de devenir éditeur de son propre service de vidéo à la demande “Neuf VOD”, explique le groupe.

Si jusqu’à présent, l’opérateur se contentait de proposer des offres de partenaires tiers (comme Glowria), Neuf entend désormais maîtriser de bout en bout la chaîne de valeurs (de la maîtrise éditoriale à la diffusion). Objectif : améliorer les marges. Le groupe a passé des accords avec des studios français. Les deux autres boutiques de VOD (TF1 Vision et M6 Vidéo) resteront accessibles.

Toujours du côté de l’image, mais dans l’IPTV cette fois, Neuf lance Pure Pixel une technologie qui permet d’améliorer la qualité du flux TV. On le sait, en ADSL, l’image a parfois tendance à pixelliser ou à “freezer”. Pure Pixel permet de récupérer les paquets IP perdus en temps réel. Son déploiement (upgrade logiciel de la box) débutera en mai.

L’opérateur annonce également le lancement d’Exalight, son jeu en ligne massivement multi-joueurs développé par le studio F4. “Ouvert à tous, ce jeu représente pour nous une très belle opportunité de faire progresser l’Arpu”, souligne Michel Paulin, dg de l’opérateur. Les clients de Neuf auront droit à un tarif préférentiel : certainement moins de 10 euros par mois.

Nouvelle offensive dans la mobilité mais le WiMax prend du retard

Neuf Cegetel mise toujours autant sur la mobilité avec son offre Twin (un mobile hybride qui permet de téléphoner en IP chez soi ou en Wi-Fi/GSM à l’extérieur). A ce jour, Neuf compte 300.000 abonnés à ses offres mobiles. La gamme de terminaux s’étoffe aujourd’hui du Twin-TNT, un terminal tactile sous Windows Mobile 6 qui permet de recevoir gratuitement tous les programmes de la TNT. Le terminal, qui ressemble furieusement à un appareil made in Apple est fabriqué par le taiwanais Gigabyte. De quoi doper les usages : Neuf souligne que 80% des abonnés Twin se connectent en Wi-Fi et 70% regardent la TV plus de 20 minutes par mois.

Par contre, le soufflet WiMax semble retomber. Comme Free, Neuf Cegetel a fait de belles annonces concernant cette technologie sans fil à haute couverture. Mais pour le moment, force est de constater que rien ne bouge malgré la distribution des licences. “Le WiMax continue à nous intéresser mais les terminaux et les équipements sont encore trop rares et trop chers. Tant qu’il n’y aura pas de volumes, le WiMax aura beaucoup de mal à décoller”, explique Jacques Veyrat.

Rachat par SFR : le dossier bouclé au plus tard en octobre

La prise de contrôle de Neuf par SFR suit son cours. “Nous avons plus l’habitude d’être acheteur que d’être racheté”, concède le p-dg… “Le dossier a été déposé le 20 février auprès des autorités de la concurrence, tout devrait être bouclé entre mai et octobre. A ce moment, je quitterai le groupe”.

Jacques Veyrat semble confiant, pour autant, certains questions restent en suspens. Les risques concurrentielles au niveau de la TV (avec Canal Plus) existent et seront amplifiés si Neuf se marie avec Alice qui a été mis en vente par Telecom Italia.

Alice : Neuf intéressé

La vente d’Alice (880.000 abonnés haut débit) est la dernière occasion pour un grand FAI de réaliser une opération de croissance externe. La belle blonde intéresse Neuf qui pourrait alors consolider sa place de numéro deux français derrière Orange mais devant Free.“La procédure est en cours et nous faisons partie des sociétés qui regardent attentivement le dossier”,souligne Jacques Veyrat. Mais le groupe pourra-t-il mener de front sa fusion avec SFR et ce rachat ? Rien n’est moins sûr. Rappelons qu’Alice intéresse également Free et Numericable.

Fibre optique : accord avec Numericable

Comme ses concurrents, Neuf confirme ses ambitions dans le FTTx, prochain relais de croissance des FAI. L’opérateur rappelle qu’il investira 300 millions d’euros d’ici 2009 afin de raccorder 1 million de foyers. A fin 2007, 130.000 foyers étaient raccordés. L’offre fibre compte 20.000 abonnés.

Outre le déploiement classique, Neuf multiplie les accords avec les collectivités, les bailleurs (haut débit social avec l’Opac de Paris) mais aussi avec des concurrents. Ainsi, Neuf fibrera 140.000 foyers câblés par Numericable. Rappelons que ce dernier utilise de la fibre jusqu’au pied de l’immeuble et du coaxial pour arroser les appartements.

Si Neuf se dit en phase avec son planning, il n’hésite pas à renouveler ses inquiétudes quant aux problématiques de mutualisation et de partage des infrastructures, notamment avec France Télécom. “Nous ne sommes pas d’accord avec certaines règles d’ingénierie imposées par l’opérateur historique. L’ouverture est insuffisante et nous seront très vigilants quant aux règles du jeu”,souligne le p-dg.

Résultats solides Sur l’année, les revenus atteignent 3,3 milliards d’euros, soit 15,6% de plus qu’en 2006.Grâce à ses acquisitions (AOL France et Club-Internet), la branche grand public progresse fortement et devient de loin la locomotive du groupe (47% de l’activité). Son chiffre d’affaires atteint 1,4 milliard d’euros sur 2007 (+65%).Neuf Cegetel revendique à fin 2007 plus de 3,2 millions de clients haut débit et consolide sa place de challenger derrière Orange (7,4 millions d’abonnés). En 2007, Neuf Cegetel indique avoir gagné un million de clients (450.000 hors Club-Internet). Sa part de marché s’établit à 21% contre 17% il y a un an.Le revenu par abonné est de 36 euros par mois contre 35 euros visés, preuve de la réussite des services à valeur ajoutée comme Neuf Music.Le groupe poursuit la migration des abonnés AOL vers la marque Neuf qui représente désormais 80% des clients haut débit du groupe contre 57% à fin juin 2007.La branche Entreprises affiche une croissance moins rapide : 250,7 millions d’euros au 4e trimestre (+7,6%) et 1,039 milliard sur 2007 (+7%). Neuf revendique 173.000 sites raccordés avec ses offres data, soit 34.000 sites de plus qu’au 31 décembre 2006.Les offres de voix sur IP en particulier ont représenté sur ce dernier trimestre près de 40% des nouveaux liens data.Enfin, la branche Opérateurs (vente en gros de capacités) est en déclin, ce qui s’explique notamment par le rachat de FAI qui étaient clients de Neuf. Au 4e trimestre, les revenus de cette branche sont de 213 millions d’euros soit 14,4% de moins qu’il y a un an. Sur 2007, la baisse atteint 17,4% à 871 millions d’euros.Côté prévisions, le groupe confirme ses objectifs : plus de 20% pour le chiffre d’affaires de l’activité Grand Public et entre 5 et 10% pour celui de l’activité Entreprises.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur