Neuf Cegetel : pas de 4e licence 3G mais la fibre dès 2007

Cloud

Pour autant, l’opérateur ne voit pas de décollage massif du très haut débit
avant 2009

Face à Free, Neuf Cegetel est attendu au tournant. Les deux opérateurs se battent pour la deuxième place du marché. Mais les stratégies sont différentes.

Ainsi, Neuf Cegetel indique qu’il ne se portera pas candidat à la fameuse quatrième licence de téléphonie mobile 3G. Dans un entretien au Journal des Télécoms, Jacques Veyrat, p-dg déclare: “La quatrième licence UMTS, telle qu’elle est proposée aujourd’hui, ne présente pas une opportunité intéressante pour un quatrième entrant. Nous n’avons donc pas exprimé d’intérêt pour cette licence”.

ll faut dire que son prix élevé: 619 millions d’euros plus 1% prélevé sur le chiffre d’affaires généré par la 3G), et la situation du marché, refroidissent les ardeurs des industriels. Par ailleurs, l’obligation de couvrir 20% de la population en quelques années est également une contrainte très lourde. La 3G coûte très cher: les 60 opérateurs européens qui se sont lancés dans la 3G ont globalement dépensé 200 milliards d’euros.

Iliad, la maison mère de Free, a au contraire montré un certain intérêt. Même si elle pose un certain nombre de conditions. “Cette manifestation d’intérêt ne constitue en aucun cas un engagement pour le groupe, la procédure d’attribution de la 4e licence n’étant pas encore définie par l’ARCEP”, explique Iliad.

Le groupe estime que “des aménagements sont à mettre en place pour assurer la viabilité d’un nouvel entrant et ainsi favoriser le développement de la concurrence sur le marché du mobile dans l’intérêt des consommateurs”.

L’acquisition d’une licence 3G pourrait créer un écosystème complet basé sur l’ADSL (et bientôt la fibre) pour le fixe, et le Wi-fi, le WiMax et la 3G pour le nomadisme. Le trublion pourrait être ainsi le premier à proposer des terminaux mobiles Wi-Fi/WiMax/3G reliés à sa Freebox.

Concernant la fibre optique, successeur de l’ADSL, les stratégies sont encore différentes. Iliad fonce tête baissée dans cette nouvelle technologie. Le groupe s’est emparé de l’opérateur parisien CitéFibre et a annoncé un investissement d’un milliard d’euros d’ici 2012 et commencera le déploiement dès 2007 à Paris et dans des grandes villes de province.

Neuf Cegetel est plus réservé. Comme France Télécom, il estime que le marché n’existe pas encore. C’est “un sujet pour 2009”, explique Jacques Veyrat au magazine. “La demande ne justifie pas encore des débits supérieurs à ceux de l’ADSL”, a-t-il ajouté.

Pour autant, pour occuper le terrain et ne pas se laisser déborder l’opérateur envisage de lancer un programme de fibre optique pour les particuliers début 2007 dans certains quartiers de Paris.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur