Neutralisation du CO2 : Via ouvre la voie

Pour la première fois au Press Club de France s’est tenue, fin février 2007, une conférence de presse « compensée carbone » ou « rendue climatiquement neutre ». Traduction : les actions générant de l’oxyde de carbonne, particpant au réchauffement climatique, sont compensées par des mesures de prévention.

Cette opération de compensation a été effectuée par le prestataire ClimatePartner spécialisé dans la neutralisation carbone volontaire, à la demande de l’agence de Relations Presse Actual Public Relations pour le compte de son client le taiwanais VIA Technologies.

VIA Technologies a financé la compensation du CO2 émis par l’événement (déplacements, chauffage, papier?). Les postes de consommation d’énergies émettrices de gaz à effet de serre, essentiellement dioxyde de carbone (CO2), prises en compte pour cette conférence furent les suivants :

– Voyage de l’orateur principal, de son étape précédente (Londres) jusqu’à Paris, en avion

– Papier du dossier de presse

– Chauffage de la salle

– Electricité consommée dans la salle

– Déplacements motorisés (allers) des journalistes et des intervenants à partir de leur plus récent point de départ (domicile, bureau, autre rendez-vous précédent?) par les différents moyens de locomotion : métro, automobile, moto, train.

Au total, le calcul effectué par ClimatePartner a révélé que 1.464 kg de CO2 furent émis par la conférence. Le certificat N° 2007020129 (ndlr : voir photo ci-dessous) obtenu de ClimatePartner atteste :

« La conférence de presse organisée par VIA Technologies au Press Club de France le 20 février 2007 a été neutralisée climatiquement. En foi de quoi, ClimatePartner a délivré le présent document. »

Ce certificat atteste que les1 464 Kg de CO2 (équivalent CO2) générés par cet événement ont été intégralement compensés par des mesures de prévention climatique de qualité

VIA ouvre la voie

Le conférencier était Richard Brown, Vice Président Marketing International de VIA Technologies, concepteur et développeur de technologies semi-conducteurs et de plates-formes PC, venu présenter à la presse française sa stratégie de développement 2007.

La conférence a réuni 22 journalistes, spécialisés aussi bien dans les nouvelles technologies, que dans l’écologie et l’économie, puisque le thème central couvrait l’informatique éco-responsable.

Concepteur et fournisseur de microprocesseurs pour PC au même titre que les sociétés INTEL et AMD, VIA a adopté une approche différente de celle de ces deux leaders, en se concentrant sur la basse consommation.

Dans un micro-ordinateur, le microprocesseur est le principal consommateur d’énergie ; ses performances élevées (exprimées en MegaHertz et GigaHertz) vont de pair avec une importante dissipation thermique, nécessitant le recours à des ventilateurs, à leur tour consommateurs d’énergie (et facteurs de nuisance sonore).

Au contraire, la basse consommation énergétique engendre des bénéfices multiples : allongement de l’autonomie sur batterie, réduction des dépenses d’énergie, faible bruit, fiabilité accrue quand on peut supprimer un ventilateur.

Fracture numérique ? Facture électrique

« Réduire la fracture numérique et réduire la facture électrique sont, aussi bizarre que cela puisse paraître, un seul et même combat », a commenté Hervé Delemarre, directeur de l’agence de communication ACTUAL.

« Grâce à son approche basse consommation, notre client VIA a pu lancer son programme mondial pc-1 ayant pour ambition de faire arriver la micro-informatique jusqu’aux centaines de millions d’habitants de cette planète laissés au bord du chemin par la fracture numérique. Il ne s’agit pas, selon VIA, de faire chuter encore et encore le prix de vente des PC jusqu’à ce que chaque habitant du Mali ? par exemple- puisse acquérir une machine (dans très longtemps), mais de commencer par faire arriver (cette année) un PC en usage communautaire dans les villages (kiosque de service fixe ou itinérant). Compte tenu de l’infrastructure électrique chaotique de certains pays émergents, il est nécessaire d’avoir des PC consommant peu, qui savent rester « frais » par 45° à l’ombre, capables de tourner sur batterie auto le plus longtemps possible? ce que VIA appelle des ?PC intrépides’. »

Quid de la neutralisation climatique:Les grandes industries de production sont assujetties (protocole de Kyoto) à des quotas d’émissions.Mais toute activité économique génère des émissions (mobilité, électricité, chauffage?) que les entreprises non-assujetties à ces quotas peuvent librement choisir de compenser. Le concept n’est pas de revenir à la diligence et à la bougie, mais de pouvoir continuer à émettre (modérément) « ici », tout en compensant « ailleurs » sur la planète.Par exemple, un organisme construira en Afrique des fours communaux à énergie solaire en remplacement des fours de cuisson chauffés au bois.D’où ralentissement de la déforestation (donc maintien de la photosynthèse) plus suppression d’émissions de CO2 dans l’atmosphère.