Nexgen Storage : une architecture de stockage orientée Qualité de Service

CloudStockage
silicon-valley

La société Nexgen a été fondée en 2009 pour résoudre les problèmes de performance de stockage partagé avec une nouvelle architecture orientée vers la QoS (qualité de service).

En direct de la Silicon Valley« Le SAN est une démocratie où tous s’alignent sur la voie la plus faible. Il est imprévisible et inefficace ! ». Le regard que porte John Spears, le fondateur de Nexgen Storage, sur le SAN est sans appel. « Un problème technique impacte toute l’architecture. Lorsque l’on implémente les SSD, les I/O (entrées/sorties) deviennent un goulot d’étranglement. L’utilisateur voit une amélioration d’un facteur 6 à 7 fois, mais pas le facteur annoncé. »

Afin de résoudre les problèmes de performance sur le stockage partagé, John Spears a créé Nexgen et intégré dans sa R&D des personnalités provenant d’Oracle, MySQL, IBM, DotHill, HP, VMware et LeftHand. Considérant que « la performance doit être managée, et non pas configurée » (ce qui dans ce cas force l’entreprise à acquérir des ressources dont elle n’a pas besoin), il a fait plancher ses équipes sur deux concepts : la qualité de service (QoS – Quality of Service) et les niveaux de service (Service levels).

NexGen n5 Storage System

De ces recherches est né le NexGen n5 Storage System, un système de stockage qui embarque deux processeurs, une connectivité PCIe active/active en 10Gb Ethernet, des cartes Flash Solid State PCIe signées Fusion-IO et des disques SAS 7200 RPM. Cette architecture QoS affiche une performance de 100.000 IOPS. Elle pilote également la déduplication… sans affecter la performance.

Un modèle d’algorithme interne permet d’affecter la performance IOPS gérée par blocs et de disposer d’une réserve afin de garantir un minimum de performance. De quoi éliminer la contention des ressources avec la capacité de lancer des opérations sur les données, comme une requête SQL critique ou une sauvegarde, et sans affecter les performances. Quant aux niveaux de service, ils offrent la capacité de contrôler le système en définissant des priorités, par opposition à l’absence de contrôle et de priorités sur les niveaux de performances des équipements classiques.

Solid State PCIe

Un SSD (Solid State Disk) ou disque Flash possède un contrôleur classique, proche de celui du disque dur, qui d’ailleurs le fait se comporter dans la configuration d’un serveur comme un disque dur, la performance en plus. Sauf que dans ces conditions, le SSD maintient voire accentue la surcharge au niveau du contrôleur RAID. La carte Solid State de FusionIO quant à elle n’embarque pas ce contrôleur. Et de plus elle repose sur un bus PCIe. Par ce biais les données sont placées dynamiquement, avec un facteur de décision en temps réel, ce qui se révèle à la fois proactif et simple.

Au final, le coût d’une solution NexGen est inférieur à 1$/Go. Voilà qui mérite que l’on s’y intéresse. À noter cependant que le fabricant ne cible ni les PME, ni les grandes entreprises, mais les organisations de 1000 à 20.000 employés, qui exécutent Oracle, SQL, Exchange ou un ERP sur Linux, Unix ou Windows.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur