Nokia et Intel veulent concrétiser le WiMax pour 2006

Régulations

Nokia et le géant Intel annoncent qu’ils vont renforcer leur collaboration afin que le WiMax devienne rapidement un nouveau standard pour l’accès au Web via un téléphone portable

Nokia et Intel semblent vouloir un avenir commun dans le WiMax. Et c’est nouveau. On savait Intel particulièrement mobilisé en faveur de cette technologie, suite logique de la Wireless Fidelity (Wi-Fi), une technique qui a rencontré un franc succès grâce aux ‘chipsets’ Centrino dans les ordinateurs portables.

Mais l’intérêt que porte Nokia au WiMax est plus récent. Car les opérateurs de mobiles ont pu craindre -c’est en tous cas l’impression qu’ils donnaient – une concurrence menaçant la 3G/UMTS, déjà fort coûteuse et lente à démarrer (cf. l’encadré ci-après). Il reste que ce partenariat met en exergue l’importance que devrait prendre le WiMax dans les années à venir. Nokia considère dorénavant qu’il existe une véritable demande pour le WiMax. Conséquence, le groupe finlandais est d’ores et déjà en train de développer une troisième génération de portables avec un accès à très hauts débits. “Il existe un véritable intérêt des opérateurs pour cette technologie. Il est encore trop tôt pour parler d’une norme totalement établie. Pour l’instant nous nous assurons que techniquement cela fonctionne. Le plus important est de rendre les standards WiMax disponibles”, a déclaré Tero Ojanpera, directeur stratégique de Nokia. Un standard, qui pourrait être utilisé par tous les ‘chipsets’ et les fabricants, devrait être mis en place dés la fin de l’année. Une bonne nouvelle pour les zones isolées qui sont inaccessibles par les réseaux traditionnels. En s’associant, Nokia et Intel veulent accélérer le développement du WiMax et renforcer la réciprocité de leurs positions. Intel, qui fabrique quatre processeurs sur cinq pour les ordinateurs portables, bataille afin de pénétrer le marché du téléphone. Cet accord est également un signe de réchauffement des relations entre les deux mastodontes. Un concurrent pour la 3G ?

Evolution du Wi-Fi, cette technologie hertzienne sans-fil dans la bande des fréquences de 3,5 Ghz promet un débit (théorique) de 70 Mbits/s et une portée de 50 kilomètres. En réalité, les opérateurs parlent plutôt de 12 Mbits/s et de 20 kilomètres. On imagine alors très bien l’intérêt pour les professionnels nomades. Dans une zone de couverture large, le WiMax offre des débits très importants, bien plus importants que la 3G/UMTS qui vient juste d’être lancée. Mais le WiMax métropolitain en est encore au stade de l’expérimentation. Si les PC portables dotés d’équipements WiMax ne devraient pas tarder à être lancés, en France, le déploiement de cette technologie n’est pas encore vraiment encadré. Un seul opérateur dispose d’une licence: Altitude Telecom. En attendant une réglementation plus précise, les opérateurs et équipementiers multiplient les expériences (cf. nos précédents articles). Le WiMax – et ses très hauts débits – représente-il donc une menace pour la toute jeune 3G qui propose une vitesse bien inférieure? Depuis son lancement, environ 40.000 clients professionnels ont été séduits par les cartes 3G à brancher sur leurs PC portables. Certains, et ils sont de plus en plus nombreux, estiment que les deux technologies sont complémentaires. D’autres pensent que le WiMax pourrait à terme supplanter l’UMTS. “Le WiMax sera à l’ordinateur portable ce que l’ADSL est à l’ordinateur de bureau”, assure Jean-Paul Larivière, p-dg d’Altitude Telecom, le seul opérateur licencié WiMax. Pour autant, les spécialistes ne prévoient pas de décollage du “WiMax métropolitain” avant 2007. A cette date, la 3G de… deuxième génération, le HSDPA, devrait être sur les rails.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur