Nokia fait mieux que prévu

Cloud

le premier fabricant mondial de téléphones mobiles affiche des résultats en baisse. Les ventes de mobiles sont encore en repli, l’activité réseaux connaît au contraire une belle embellie

Investisseurs et industriels attendaient avec angoisse les résultats du numéro un mondial de la téléphonie mobile Nokia qui fait figure de baromètre pour un marché qui redoute l’essoufflement. Chahuté en 2004, avec une part de marché qui est passée de 34,2% à 30,9% sur un an, Nokia a subit les lacunes de sa gamme de produits et a passé le restant de l’année à réduire ses prix pour limiter les dégâts, voire regagner du terrain. Au final, le redressement du géant finlandais vers la fin de l’année dernière se lit facilement dans les chiffres qui sont, pour la plupart, supérieurs aux attentes des analystes. Le résultat net pour le 4ème trimestre 2004 a été de 1,02 milliard d’euros, celui pour l’ensemble de l’année de 3,20 milliards, baissant respectivement de 13 et 11% alors que les analystes prévoyaient plus de 20%. Le bénéfice imposable au 4e trimestre a reculé à 1,463 milliard d’euros contre 1,731 milliard mais il est supérieur à un consensus de 1,275 milliard. Le bénéfice par action est en baisse au quatrième trimestre et ressort à 0,23 euro contre 0,25 euro un an plus tôt et un consensus de 0,19 euro dégagé dans une enquête de Reuters. Le chiffre d’affaires par contre augmente à 9,063 milliards d’euros contre 8,789 milliards, en hausse de 3,1% en rythme annuel et de 8% à taux de change constants. Là encore, il est au-delà du consensus (8,458 milliards d’euros). Néanmoins, les ventes nettes dans la téléphonie mobile ressortent en baisse de 6% à 5,660 milliards d’euros, pour un bénéfice d’exploitation de 1,060 milliard (-37,6%).

Parts de marché en hausse Pour autant, Nokia grignotte quelques parts de marché, cette dernière, à la fin du dernier trimestre, s’élevait à 34%, contre 37% à pareille époque en 2003 mais 30,9% au troisième trimestre 2004. Nokia souligne de bonnes ventes sur pratiquement tous ses principaux marchés, à l’exception des Etats-Unis. “Nos volumes de téléphones en Amérique du Nord ont été cependant décevants”, a commenté Jorma Ollila, le pdg de Nokia. Le chiffre d’affaires de la division réseaux ressort pour sa part à 1,906 milliard d’euros (+12%), pour un bénéfice d’exploitation de 260 millions (+550%). Convaincu d’être sur la bonne voie, Nokia prévoit un solide chiffre d’affaires au premier trimestre 2005 grâce à une amélioration de l’offre de produits. Le groupe finlandais anticipe un chiffre d’affaires de 7 à 7,3 milliards d’euros de janvier à mars 2005, alors que le consensus des analystes était de 6,87 milliards d’euros. Il prévoit également sur cette période un bénéfice par action de 0,12 à 0,15 euro, contre 0,17 euro un an auparavant et un consensus de 0,15 euro donné par des analystes interrogés par Reuters. Pour 2005, Nokia a maintenu sa prévision de croissance en volume de 10% de l’ensemble du marché mondial des mobiles, à partir d’un nombre d’appareils vendus estimé à 643 millions. Cette prévision déjà donnée début novembre avait été jugée trop optimiste par certains spécialistes. Ventes de mobiles: LG devant Siemens

Classement Mondial au 4e trimestre (ventes en millions) 1 Nokia: 66,1 2 Motorola: 31,8 3 Samsung: 21,1 4 LG: 13,9 5 Siemens: 13,5 6 Sony-Ericsson: 12,6


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur