Nokia ne fournit plus ses prévisions annuelles

CloudOS mobiles

La fin du deuxième trimestre approche et Nokia a préféré publier un avertissement pour prévenir de ses mauvais résultats. Le finlandais ne compte d’ailleurs plus fournir de prévisions annuelles pour 2011.

Nokia survie péniblement à la transition de ses smartphones vers le système d’exploitation Windows Phone de Microsoft. Le groupe finlandais a lancé un avertissement avant la parution de ses résultats financiers du deuxième trimestre, annonçant des prévisions revues à la baisse.

Malgré sa position de numéro 1 sur le marché de la téléphonie mobile avec 25,1% de parts de marché au premier trimestre 2011 selon Gartner, la marge opérationnelle de sa division Devices & Services (téléphones et services) devrait se situer à peine autour du seuil de rentabilité. Bien loin des 6% à 9% de hausse précédemment annoncée. De même la firme finlandaise s’attend à un chiffre d’affaires pour ce secteur substantiellement inférieur aux prévisions. Lesquelles s’élevaient entre 6,1 et 6,6 milliards de dollars pour le deuxième trimestre.

Par ailleurs pour éviter d’inquiéter les investisseurs, Nokia a décidé de ne plus fournir de prévisions annuelles pour 2011. L’annonce de ce matin ayant déjà fait l’effet d’une bombe puisque le titre a perdu 13% à la Bourse de Helsinki. Mais le finlandais prévoit de continuer à fournir des prévisions à court terme dans ses rapports trimestriels intermédiaires ainsi que des objectifs annuels lorsque les circonstances lui permettront de le faire.

Pour autant le groupe n’annonce pas de bouleversements majeurs puisque “les objectifs stratégiques restent inchangés, affirme-t-il dans son communiqué. Nokia veut poursuivre les améliorations de son système d’exploitation Symbian, dont la dernière version Anna est sortie récemment, mais surtout chercher de nouveaux réseaux de ventes. Nokia a néanmoins renouvelé sa confiance quant à la sortie d’un produit issu de sa collaboration avec Microsoft d’ici le quatrième trimestre 2011. Le partenariat conclu avec Redmond s’apparente de plus en plus à une stratégie de la dernière chance pour le constructeur finlandais.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur