Nokia prêt à engager la bataille des smartphones

Cloud

Soutenu par les bons résultats du 4e trimestre, Stephen Elop, P-dg de Nokia, affute ses armes pour rattraper le terrain perdu sur le marché des smartphones.

La bataille du marché des smartphones promet de gagner en férocité. Notamment pour Nokia qui peine à y trouver ses marques au point de constituer l’un des segments de marché sur lequel le constructeur finlandais est le plus menacé même s’il reste le leader mondial sur le marché des mobiles. Un état de fait auquel le P-dg Stephen Elop a fourni quelques éléments sur la stratégie globale qu’il compte mettre en place à l’occasion de la publication des résultats du quatrième trimestre de son groupe. Mais ce sont les analystes financiers qui auront la primeur des annonces le 11 février.

En mesurant les forces et faiblesses de son groupe, Stephen Elop considère assure que des briques technologiques de Nokia serviront à façonner la nouvelle vision mais la firme finlandaise doit aller beaucoup plus vite pour rattraper le terrain perdu. « Le jeu a changé : on est passé d’une bataille de terminaux à une guerre d’écosystèmes », commente le patron de Nokia, selon un blog spécialisé du Wall Street Journal et rapporté par ITespresso.fr.

La dernière étude d’IDC sur le manque d’attrait de ses OS (Symbian avant tout) dans la communauté des développeurs confirme qu’il sera nécessaire de marquer plus distinctement les différenciations avec les environnements Android ou iPhone. Néanmoins, Nokia devrait garder un repère dans les OS mobiles : Symbian serait conservé pour les terminaux mobiles d’entrée de gamme tandis que MeeGo serait le bras armé pour relever le défi des smartphones haut de gamme.

Les Echos souligne le problème : « Nokia a vendu 28,5 millions de smartphones au cours du quatrième trimestre, son chiffre d’affaires a été de 4,4 milliards d’euros sur ce segment. Avec 16,8 millions d’iPhone vendus sur la même période, la marque à la pomme a enregistré un chiffre d’affaires deux fois supérieur à Nokia avec un seul modèle de téléphone. »

Dans le prolongement des commentaires sur les résultats financiers, Stephen Elop se déclare déçu par la faible pénétration de Nokia sur un marché aussi stratégique que les Etats-Unis où il a bien du mal à mettre les pieds. Autre écueil pour Nokia, le marché des téléphones d’entrée de gamme ou à bas coûts sérieusement attaqué par la concurrence chinoise de Huawei et ZTE notamment qui affaiblissent sa position.

Au 4e trimestre, Nokia a généré un chiffre d’affaires de 12,7 milliards d’euros, en hausse de 6 % par rapport à 2009. Un exploit en regard de la baisse annuelle de 3 % (et, plus inquiétant, de 12 % par rapport au troisième trimestre) des ventes de terminaux à 123,7 millions d’unités au cours du trimestre. Néanmoins, la division smartphones et ordinateurs mobile (Nokia commercialise le netbook Booklet 3G) progresse de 36 % annuellement (mais seulement 7 % d’un séquentiellement) avec 28,3 millions d’unités vendues. Nokia est également soutenu par ses filiales Navteq (+37 % à 309 millions d’euros) et Nokia Siemens Networks (4 milliards, +9 %).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur