Nokia se sépare de ses technologies mobiles sans fil

Cloud
crédit photo © FotolEdhar Fotolia.com

En revendant son activité chipset GSM, HSPA et LTE au japonais Renesas, Nokia recentre ses activité sur l’offre et les services mobiles.

Nokia a annoncé, le 6 juillet, la vente de sa division modem sans fil (chipsets) au japonais Renesas Electronics. L’opération, d’un montant de 200 millions de dollars environ, entraînera le transfert des technologies (et ses brevets) et des équipes de R&D installées en Finlande, Inde, Royaume-Uni et Danemark, soit environ 1 100 salariés, vers le fabricant nippon de semi-conducteurs.

Pour Renesas, l’acquisition des solutions sans fil de Nokia va lui permettre de renforcer son expertise technologique et d’aborder de nouveaux marchés. « Le transfert de la technologie de modem sans fil, et la puissance innovante de Nokia et l’expertise de ses salariés compléteront parfaitement nos compétences de base et soutiendront notre croissance sur le marché mondial du mobile », justifie Yasushi Akao, président de Renesas.

En revendant ses technologies sans fil, Nokia se sépare des activités de développement autour des normes de télécommunication GSM, HSPA (3G) et LTE (4G). Le constructeur finlandais se recentre ainsi sur son offre de solutions et de services mobiles au centre de son activité. « L’alliance nous permet de continuer à nous concentrer sur notre cœur de métier, connecter les gens à ce qui compte pour eux avec nos produits et solutions mobiles », déclare Kai Oistamo, vice président exécutif chez Nokia.

Ces derniers mois, Nokia cherche à regagner du terrain sur le marché des smartphones agressivement attaqué par le succès de l’iPhone d’Apple et l’environnement Android de Google adopté par de nombreux fabricants concurrents à l’entreprise finlandaise. Celle-ci espère notamment se distinguer avec l’arrivée du nouveau modèle N8 attendu pour la rentrée ainsi qu’avec son environnement Meego développé en partenariat avec Intel.

Partenaires depuis 2009, Nokia et Renesas vont poursuivre leur collaboration « stratégique », le premier devenant plus que jamais client du second tout en se laissant la possibilité de faire jouer la concurrence dans l’offre de circuits logique de traitement de signal de communication sans fil. L’opération, dont les deux parties espèrent qu’elle sera finalisée au cours du quatrième trimestre 2010, doit cependant recevoir l’aval des autorités de la concurrence.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur