Nokia Siemens Network s'inscrit durablement dans la réduction d'énergie

Réseaux

L’équimentier finlandais lance un ensemble d’offres permettant aux opérateurs de réduire significativement leurs besoins énergétiques ou de s’alimenter à partir d’énergies renouvelables.

Faire baisser la consommation énergétique des équipements. Un défi que Nokia Siemens Network déclare prendre à cœur depuis la création de l’entreprise en 2007 tant à travers ses usines que ses pratiques commerciales et le fonctionnement de ses bureaux. A l’aube de la conférence internationale sur le climat qui se déroulera à Copenhague du 7 au 18 décembre prochain, l’équipementier présente, à Paris, un ensemble de solutions visant à réduire les coûts énergétiques et, dans la même veine, les émissions de carbone, de sa propre activité comme de celle de ses clients opérateurs mobiles.

« La technologie est aujourd’hui arrivée à maturité pour bénéficier au public mais aussi aux entreprises », note Herman Rolder, directeur opérationnel sur la région Europe de l’Ouest. « Aujourd’hui, nous profitons de ces technologies pour proposer un ensemble complet de solutions. » « La première qui couvre le marché de bout en bout : équipement, site, énergie », renchérit Ana-Maria Guimenez, responsable de l’activité services.

A partir de six éléments* et d’une approche en trois étapes (étude, livraison et maintenance), l’offre (qui n’a pas de nom en soi) vise donc à réduire significativement la consommation énergétique du réseau d’un opérateur mobile. Selon ABI Research, celle-ci occupe jusqu’à 86 % des coûts totaux énergétiques environ. Une dépense énergétique qui représente 10 % des coûts d’exploitation du réseau sur les marchés industrialisés et entre 15 à 30 % dans les pays en développements.

50% des stations alimentées par les énergies renouvelable en 2012

La réduction des coûts passera par une réduction de la consommation énergétique d’une part et l’augmentation des énergies renouvelables d’autre part (panneaux solaires, éoliennes, etc.) Ces dernières permettent notamment de répondre à des demandes précises comme l’alimentation des stations de bases mobiles dans des zones où elles ne peuvent être raccordée au réseau électrique.

Ainsi, 75 000 stations de bases mobiles sont construites chaque année accompagnées de leur propre source d’énergie dans le monde. Généralement à base de groupes électrogènes alimentés au diesel dont l’augmentation tarifaire de ces dernières années réduit la marge des opérateurs au risque même de mettre en péril l’activité. Le remplacement de ces générateurs par des panneaux solaires ou des éoliennes, notamment, permet donc d’assurer une maîtrise du coût énergétique du réseau de l’opérateur tout en réduisant les émissions carboniques.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur