Nokia Siemens passe 'aux verts'

Réseaux

L’équipementier s’inquiète de réduire la consommation de ses stations, en particulier dans les régions émergeantes

L’industrie se fait écologique, Nokia Siemens ne manquera à l’appel. L’équipementier annonce un ‘package’ d’équipements réseaux mobiles dont le principal avantage est de disposer d’outils pour réduire la consommation d’énergie.

A commencer par un environnement logiciel destiné aux stations de base afin de piloter les composants, et en particulier de placer certains d’entre eux dans un mode sommeil la nuit, au moment où le trafic est au plus bas.

Des outils de planifications étendent également cette démarche aux stations réparties sur le réseau. Les opérateurs pourront là aussi lorsque le trafic le permet réduire la consommation en réduisant le nombre de stations actives.

Sur un plan purement matériel, Nokia Siemens s’est intéressé aux conditions environnementales pour faire fonctionner ses stations. Jusqu’à présent la température d’air était rafraîchie en moyenne aux alentours des 25 degrés. Désormais, cette moyenne passe à 40 degrés, ce qui devrait permettre de réduire la consommation de 30 %.

Au final, l’objectif de l’équipementier est de réduire à l’orée de 2010 la consommation des stations GSM (Global Systems for Mobile Communications) de 800W aujourd’hui à 650 W, et pour les stations WCDMA (Wideband Code Division Multiple Access) de 500W à 300W.

La cible privilégiée de ces stations ‘vertes’ est les pays où les télécoms sont émergentes et où l’équipement électrique est loin d’être étendu. Nokia Siemens n’est d’ailleurs pas le seul à afficher ces ambitions, Nokia expérimente des stations alimentées par des panneaux solaires au Malawi, et Motorola associe panneaux et vent en Namibie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur