Nortel se dit prêt à ‘satelliser’ une partie de ses activités

Réseaux

Le patron de Nortel estime qu’il va falloir sortir du périmètre du groupe, soit par des cessions, soit par des partenariats, toutes les activités qui ne disposeraient pas d’au moins 20% de parts de marché

L’équipementier canadien va reprendre sa cure d’amaigrissement, alors même qu’il est encore en butte à des régularisations sur des données comptables erronées. Un nouveau ménage dans les diverses activités du groupe se profile à l’horizon des tout prochains mois.

Mike Zafirovski, pd-g du groupe, s’est exprimé lors du Salon CTIA, sur le ‘sans-fil’ à la fin de la semaine dernière, à Las Vegas. Nortel va réexaminer chacune de ses lignes de produits et va déterminer si elle détient ou non une part de marché au moins égale à 20% : si ce n’est pas le cas, les activités ainsi auditées seront, soit cédées, soit satellisées (spin-off) et proposées, par exemple, à des partenaires pour constituer des ‘joint-ventures’. Selon IDG News, parmi les critères de sélection, sera également pris en compte le fait de savoir si l’activité génère ou non des services. Si c’est le cas, elle sera préservée dans cette vague de restructuration. Si une activité sur certaines régions n’atteint pas ses objectifs, elle sera, là encore, retirée. En février dernier, Nortel avait ainsi décidé de se séparer de son activité “serveurs lames” en la cédant à une nouvelle firme, Blade Network Technologies. En parallèle, Nortel n’en a pas fini avec la régularisation de sa comptabilité. La Commission des Sécurités de l’Ontario (gendarme de la Bourse) vient de rendre publique une injonction à reconstituer les vrais chiffres de revenus sur certaines périodes des exercices antérieurs. Le groupe s’est engagé à donner des précisions sur ces requêtes. Rappelons qu’après la mise en évidence d’un scandale financier (faux chiffres d’affaires, et résultats fictifs), le groupe a été contraint de provisionner 2,4 milliards de dollars US pour indemnités aux actionnaires, dont 575 millions en ‘cash’. A cela s’ajoutent les pertes sur l’exercice écoulé: elles se sont élevées à 2,2 milliards de dollars. L’impact de la probable fusion Alcatel – Lucent ?

Le pd-g de Nortel n’a pas refusé de répondre à la question: quel impact pourrait avoir la fusion Alcatel et Lucent? Le principal concurrent dont Nortel se soucie c’est Cisco, a-t-il répondu, puis ensuite vient LM Ericsson dans le domaine des télécoms mobiles. Alcatel constitue une menace dans certaines créneaux de marché, comme les réseaux filaires et, en particulier, la TV sur réseaux IP du fait de son partenariat avec Microsoft. “Or, la fusion avec Lucent ne renforce pas la position d’Alcatel dans ce domaine“, considère Mike Zafirovski.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur