Nouveau plan d'austérité pour Dell

Cloud

Congés sans solde, gel des recrutements, départs volontaires…, le texan cherche encore à réduire ses coûts

La santé de Dell s’est-elle encore détériorée ? Après un premier plan de restructuration en 2007 qui a notamment vu la suppression de presque 9.000 emplois, soit 10% des effectifs, le fabricant d’ordinateurs a annoncé d’autres mesures visant à faire des économies. Encore une fois, c’est les salariés qui vont trinquer.

Selon les Echos, dans un message envoyé lundi à l’ensemble de son personnel, Michael Dell, patron du groupe, a appelé les 79.000 salariés de la société dans le monde à prendre cinq jours de congés sans solde d’ici à fin janvier. Dans le même temps, il a annoncé l’ouverture d’un guichet de départs volontaires, le gel des embauches et l’arrêt de l’utilisation des intérimaires. Le texan cherche toujours à économiser 3 milliards de dollars par an d’ici à 2010.

En septembre dernier, le Wall Street Journalrévélait que Dell chercherait à vendre toutes ses usines “dans les 18 prochains mois”.

Car Dell est à la croisée des chemins. Le groupe est aujourd’hui loin des tendances du marché qui font la part belle aux PC portables grand public. Dell restant fortement positionné sur le marché des PC de bureau professionnel (83% des ventes se font en entreprises).

Pourtant, le groupe a entamé depuis plusieurs mois un important virage : nouvelle organisation commerciale avec de la vente directe, accent sur la vente en grande distribution, retour de Michael Dell, accent sur le design des machines (une révolution !), lancement de netbooks, offre open source.

Mais il est peut être déjà trop tard. Au deuxième trimestre, si les ventes ont progressé de +19% en volume et de +11% en valeur à 16,43 milliards, les bénéfices sont inférieurs aux attentes des milieux boursiers. Le résultat net perd 17% à 616 millions de dollars par rapport à 2007, même période (746 millions).

D’ailleurs, dans le classement mondial des fabricants, Dell est aujourd’hui talonné par Acer. Lorsque le texan voit sa part de marché reculer sur un an pour s’établir 13,6%, l’asiatique voit la sienne bondir de 9,5 à 12,5%. Autant dire que la deuxième place mondiale de Dell est en danger et Acer ne cache pas ses ambitions.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur