Novell et Linux, la sauce prend

Depuis l’acquisition de SuSE, la sauce Linux a du mal à prendre chez Novell. Difficile de migrer d’une culture Netware vers le monde du libre et de l’open-source. Là où les concurrents jouent la carte de la largeur de l’offre, Novell semble jouer un autre jeu.

« Il est vrai que la relation de SuSE avec les éditeurs est très faible. On part de très loin !« , nous confirme François Chazalon, directeur marketing de Novell France. La priorité pour Novell est de chercher à « consolider pour répondre aux demandes de la base installée. C’est pour cela qu’Open Enterprise Server dispose de trois couches Netware, avec le choix du noyau, Novell ou Linux« . L’objectif devient alors de monter un catalogue. « Nous avons rattrapé notre retard chez les grands éditeurs. Nous commençons maintenant à abaisser la taille de nos partenaires« . Novell adopte donc une approche pour sa stratégie Linux qui se veut plus professionnelle. « Nous souhaitons faire monter Linux en gamme avec un adressage industriel. Nous voulons rendre crédible la plate-forme d’acquisition et d’administration« . Un discours qui se veut moins ambigu que celui d’autres acteurs qui misent à la fois sur une approche professionnelle et du libre accessible à tous. Novell a choisi son camp et entend désormais être identifié à « l’industriel du monde Linux« .