Novell présente sa solution de virtualisation des applications

Logiciels

La virtualisation des applications, tous les éditeurs de ce secteur travaillent dessus, mais peu d’offres concrètes sont aujourd’hui disponibles. Nous avons pu découvrir celle de Novell

Sébastien Marchadier, ingénieur avant vente de la gamme ZENworks chez Novell France, nous a présenté la solution ZENworks Application Virtualization (ZAV), créée en association avec Xenocode.

Le but est ici de transformer une application afin de permettre son utilisation sur une vaste gamme de systèmes d’exploitation Microsoft (de Windows 2000 à Vista), sans aucune installation préalable. Le logiciel peut ainsi être lancé sur n’importe quelle machine : aucune librairie ne sera installée et aucune modification ne sera effectuée dans la base de registre.

La couche de virtualisation intégrée ouvre d’autres possibilités : faire fonctionner un ancien programme, comme Internet Explorer 6, sous Vista ou différentes versions d’une application sur une seule et même machine. La solution proposée par Novell permet également de diffuser des applications Java ou .Net sans installation préalable de l’environnement d’exécution correspondant sur la machine cible.

Par extension, un éditeur peut tout à fait packager Firefox, Apache, MySQL et son application web sous la forme d’un unique exécutable. Pratique.

Un outil simple d’emploi

La compagnie fournit le logiciel Application Studio, qui permet de virtualiser des applications existantes. La procédure est simple : lancez Application Studio, installez l’application, et le logiciel se chargera de trouver tous les fichiers écrits sur le disque, qu’il assemblera sous la forme d’un unique fichier exécutable. Au besoin, la compagnie offre déjà un lot d’applications « prêtes à assembler ». Il suffit alors de saisir votre numéro de licence (si besoin est) et le tour est joué.

Nous avons tout particulièrement apprécié la simplicité de fonctionnement de cette solution. La possibilité de lancer des scripts lorsque l’application est lancée ou fermée est également très pratique. Dans le cas de Firefox, il devient ainsi envisageable de copier des fichiers utilisateur depuis une clé USB puis de les effacer de la machine après usage.

En bref, nous retrouvons là la simplicité des « applications portables », avec une couche d’abstraction permettant un haut niveau d’indépendance face au système d’exploitation, et la possibilité de virtualiser un grand nombre d’applications (open source ou pas).

Une technologie transparente

Bon point, la couche de virtualisation qui est intégrée dans les applications ne pèse que 400 Ko. Son impact en termes de performances est peu important (le cahier des charges de Novell imposait 98 % des performances natives). Notez que les applications virtualisées avec cette technique peuvent tout à fait fonctionner dans un OS lui-même virtualisé.

Les processus sont également entièrement cachés. “Cette technique est tellement efficace que l’agent de ZENworks Asset Management (ZAM) ne peut même plus détecter quelle application est effectivement lancée sur la machine de l’utilisateur. Une mise à jour future sera nécessaire pour permettre une meilleure interaction entre ZAM et ZAV”, précise Sébastien Marchadier.

Plus d’informations sur cette solution sont disponibles sur cette page . Notez qu’une version d’évaluation sera disponible prochainement sur le site de Novell.

sebastienmarchadier.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur