Pour gérer vos consentements :
Categories: LogicielsOpen Source

Noyau Linux : Rust fusionné demain (ou presque)

Lors de l’événement Open Source Summit organisé cette semaine à Austin (Texas) par la Linux Foundation, l’ingénieur Linus Torvalds est intervenu au côté de Dirk Hohndel, directeur open source de la Fondation Cardano qui supervise la plateforme blockchain éponyme.

A cette occasion, Linus Torvalds s’est exprimé sur l’évolution du projet Rust for Linux.

Lancé en 2010 par l’équipe de Mozilla Research, le langage Rust est réputé pour sa rapidité et son efficacité en matière de protection mémoire. De grands groupes, Microsoft en tête, y voient un successeur potentiel aux langages C et C++ pour leur programmation système. AWS, de son côté, utilise Rust pour certaines de ses offres, dont Lambda, EC2 et S3.

« Beaucoup de gens pensent que nous sommes un peu trop réticents au risque », a déclaré Linus Torvalds. « Pour Rust, [la question est] discutée depuis plusieurs années maintenant. On en arrive au moment où, bientôt, nous allons le fusionner dans le noyau. Peut-être avec la prochaine version. » La prise en charge de ce langage de programmation pourrait donc être effective avec la version 5.20 du noyau Linux.

La version stable actuelle du noyau est la 5.18.6, la version avancée est la v.5.19-rc3.

Changement de génération

L’écosystème s’interroge.

En avril 2021 déjà, l’informaticien américano-finlandais avait suggéré que le support de Rust pourrait être effectif dès la version 5.14 du noyau Linux. Celui-ci est développé essentiellement en langage C depuis la première version du noyau en septembre 1991.

Depuis, la prudence l’emporte chez les mainteneurs du noyau Linux.

L’ingénieur a cependant freiné l’enthousiasme de la communauté. « Pour moi, c’est un essai, n’est-ce pas ? Nous voulons avoir la sécurité mémoire [de Rust]. Il y a donc de vraies raisons techniques pour lesquelles Rust est une bonne idée dans le noyau », a déclaré son créateur.

Il a ajouté que les déceptions sont toujours possibles.

« Nous avons essayé C++ il y a plus de 25 ans et nous l’avons [fait] pendant deux semaines, puis nous avons cessé de [le faire]. Donc, pour moi, Rust est un moyen d’essayer quelque chose de nouveau. Et espèrons que ça marche, les gens ont beaucoup travaillé dessus, alors j’espère vraiment que ça marchera parce que sinon ils seront déçus. »

(crédit photo © Steve-Young))

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago