Numérisation : Polinum se place en concurrent direct de Google Books

Régulations

Recherche, OCR, traitements de données… Polinum joue la réunion des compétences françaises face à Google pour développer le marché de la numérisation des livres.

Afin de contrer l’offre de numérisation gratuite de Google Books, certaines sociétés proposent des solutions alternatives. C’est le cas de Polinum (Plate-forme opérationnelle pour le livre numérique) qui rassemble pas moins de huit sociétés et organismes spécialisés dans la numérisation et l’indexation sur Internet.

A l’heure où le gouvernement doit choisir un prestataire afin d’élaborer un programme de numérisation du patrimoine français, le nom de « l’élu » reste encore inconnu. Voilà presque un mois, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand avait chargé l’ex-président de France télévision, Marc Tessier de rendre un rapport portant sur la numérisation des livres. Selon une note de 6 pages déjà rédigée par la mission, le géant de Mountain View Google resterait la seule alternative viable.

De quoi agacer les tenants d’une solution alternative au géant américain. Jean-Pierre Gérault, président du directoire du groupe i2s explique : « Il faut appeler un mot par ce qu’il signifie. Google ne fait pas du gratuit mais plutôt du troc. Il s’agit plutôt d’échanger du contenu contre un processus de numérisation ce qui entraîne une exclusivité sur l’utilisation des fonds».

Dans la bataille qui s’annonce, Polinum avoue avoir été auditionné par la mission Tessier. De même les 750 millions d’euros promis à la numérisation du patrimoine par le Grand emprunt ne représentent « pas un enjeu financier» selon les mots d’Alain Pierrot responsable du développement commercial d’i2s. Il poursuit, « la plate-forme Polinum s’appuie sur des sociétés de numérisation, des moteurs de recherches comme Exalead, des technologies de reconnaissance visuelle OCR mais aussi de traitement et de visibilité des données ».

La balle est donc dans le camp de la mission Tessier chargée de désigner un prestataire. Si l’intérêt de la numérisation réside principalement dans la conservation du patrimoine, reste encore à connaître l’attrait que provoqueront ces évolutions. Notamment en vue de sa consommationsur les supports mobiles et autres « readers » électroniques tels le Kindle d’Amazon.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur