Numeum : une voix numérique pour la France et l’Europe

Business

Né de la fusion de Syntec Numérique et Tech in France, Numeum est le nouveau syndicat des entreprises du numérique, des services aux solutions.

C’est désormais officiel. Numeum est le nom de l’organisation née de la fusion actée vendredi 18 juin entre Syntec Numérique et Tech in France (ex-Afdel).

Membre de la Fédération Syntec, Numeum dit représenter 2 300 entreprises, principalement dans le logiciel, l’ingénierie et les services IT, réalisant 85% du chiffre d’affaires total du secteur du numérique en France, et représentant 530 000 emplois.

Co-présidé pour un an par Godefroy de Bentzmann, ex-président de Syntec Numérique, et Pierre-Marie Lehucher, ex-président de Tech in France, Numeum s’organise en deux collèges : services – entreprises de services du numérique (ESN) et sociétés d’ingénierie et de conseil en technologies (ICT) – et solutions – éditeurs de logiciels et plateformes -.

Son conseil d’administration se réunira pour la première fois en juillet 2021.

« Parler d’une seule et même voix »

« Le moment est venu de nous rassembler sous une même bannière pour former la première communauté pour le numérique et parler d’une seule et même voix », explique Pierre-Marie Lehucher, qui copilote désormais ce nouveau syndicat professionnel.

Numeum ambitionne de réunir, plus largement, « tous les acteurs économiques » qui veulent agir en faveur de la numérisation « responsable » des organisations, de la compétitivité, de l’innovation et de l’emploi, relève Godefroy de Bentzmann.

Il s’agit, en outre, d’influencer les politiques publiques dans ce domaine, en France et en Europe. L’élection présidentielle de 2022 et, au 1er semestre de cette même année, la présidence française de l’Union européenne, sont les prochaines opportunités en ce sens.

(crédit photo @numeum_)

Lire aussi :

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT