NVIDIA Geforce GTX 400 : un GPU trop loin?

Cloud

Les cartes graphiques Geforce GTX 470 et GTX 480 de NVIDIA sont des monstres de performances. Dommage qu’elles consomment autant d’énergie.

NVIDIA vient de dévoiler ses premières cartes graphiques grand public basées sur l’ architecture Fermi. Gravure en 40 nm, support de DirectX 11 et mémoire de type GDDR5 sont au menu de cette nouvelle génération de produits. Deux cartes sont aujourd’hui présentées, leur disponibilité étant fixée au 12 avril 2010 :

Geforce GTX 480 : 480 cœurs de calcul, puce cadencée à 700 MHz, unités de calcul fonctionnant à 1401 MHz et 1536 Mo de mémoire vive 384 bits à 924 MHz. Son prix public est de 479 euros.

Geforce GTX 470 : 448 cœurs de calcul, puce cadencée à 607 MHz, unités de calcul fonctionnant à 1215 MHz et 1280 Mo de mémoire vive 320 bits à 837 MHz. Ici, le prix public est bien plus attractif : 349 euros.

Dans les deux cas, la connectique comprend deux ports DVI et un au format HDMI (prochainement compatible avec la norme 1.4 et les écrans 3D). Toutefois, seulement deux moniteurs peuvent être pilotés par une unique carte.

cartenvidiageforcegtx480.jpg

Par rapport à la GTX 285, les performances sur les jeux DirectX grimpent d’un facteur de 1,5 à 2. Les calculs liés à la physique sont réalisés 2,5 fois plus rapidement. Enfin, ceux concernant le lancer de rayon sont accélérés d’un facteur de 3,5. Les jeux pourront également plus facilement basculer entre le mode graphique et CUDA, cette opération étant réalisée dix fois

plus rapidement que précédemment. Vous noterez enfin l’arrivée prochaine du support de la 3D stéréoscopique sur trois écrans Full HD, soit une résolution totale de 5760 x 1080 points. Attention, car deux cartes seront nécessaires pour pouvoir profiter de cette fonctionnalité.

La Geforce GTX 480 détrône bel et bien la Radeon HD 5870, l’offre mono GPU la plus puissante jusqu’alors. Toutefois, ses performances restent inférieures à la solution bi-GPU Radeon HD 5970. Une configuration SLI permettra de corriger ce problème… mais à quel prix ! Au petit jeu de la souplesse (NVIDIA) contre la force brute (AMD), c’est AMD qui semble aujourd’hui gagner.

composantnvidiageforcegtx480.jpg

En adoptant un unique GPU, le GF100, pour l’ensemble de ses cartes Fermi (professionnelles et personnelles), NVIDIA prend un gros risque. En effet, seule une partie des 512 cœurs est ici active. De plus, là où les Tesla peuvent lancer des calculs en double précision sans entraves, les GTX 470 et GTX 480 sont bridées. Heureusement, les performances des applications CUDA grimpent quand même de plus de 50 %.

Mais le pire est à chercher du côté de la consommation électrique : avec plus de 3 milliards de transistors, le GF100 est un gouffre. La consommation en charge de la GTX 480 est officiellement d’un maximum de 250 W, soit autant que celle des cartes bi-GPU ! Les premiers tests semblent même montrer que cette dernière dépasse parfois les 300 W. À ce régime, jouer devient une véritable activité de luxe, les kilowatts-heure risquant de défiler rapidement. La GTX 470 ne fait guère mieux, avec une consommation maximale ‘déclarée’ de 215 W. La stratégie consistant à multiplier les transistors à loisir semble réellement toucher ses limites.

Finissons toutefois sur une note plus positive, NVIDIA ayant soigné la consommation au repos de ses cartes : 30 W pour la GTX 470 et 50 W pour la GTX 480.

arrierenvidiageforcegtx.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur