NXP n’exclut pas un rachat pour contrer Texas Instruments

Cloud

Richard Clemmer, CEO de NXP Semiconductors, dément les rumeurs qui faisait état de pourparlers avec Intel, Qualcomm et Broadcom. Mais il n’exclut pas un rachat à un bon prix!…

La semaine dernière le quotidien néerlandais “De Telegraph” annonçait que NXP Semiconductors aurait engagé des pourparlers en vue d’une fusion avec Intel, Qualcomm et Broadcom.

Mais Richard Clemmer, CEO de ce géant des semiconducteurs, interrogé par Reuters, a partiellement démenti l’information: il affirme que la firme, spécialiste des puces pour le paiement sans contact (NFC), n’était pas à vendre. Mais, il a ajouté qu’un rachat était envisageable à hauteur d’une surcote de 80% par rapport à la valeur de l’action. Ce qui correspondrait à une offre similaire à celle faite par Texas Instruments pour l’acquisition de National Semiconductor.

TI s’est en effet rapproché la semaine dernière de son concurrent en proposant un montant estimé à 6,5 milliards de dollars rapporte ITespresso.fr. Une transaction qui devrait s’achever d’ici neuf mois.

Avec un chiffre d’affaires en 2010 établi à 14 milliards de dollars pour TI et 1,42 milliards de dollars pour National Semiconductors, la concurrence pourrait donc réagir rapidement. D’autant que le domaine du NFC (Near Field Contact) devrait commencer à équiper une partie des téléphones dès cette année, puisque Android 2.3 (Gingerbread), la dernière version de l’OS mobile de Google supporte déjà cette technologie.

NXP, anciennement rattaché à Phillips pour les activités semi-conducteurs a cédé plusieurs de ses branches d’activités ces dernières années, et a notamment confié en 2009 à Gemalto la direction de l’un de ses pôles à Sophia-Antipolis dans les Alpes Maritimes, déjà spécialisé dans les puces sans contact.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur