Objectifs ratés: Nokia inquiète

Cloud

Le premier fabricant mondial de téléphones mobile déçoit tant au niveau de son bénéfice par action que de ses prévisions. Pour autant, sa part de marché augmente

Les résultats de Nokia jettent un froid sur les marchés. Et les bonnes nouvelles publiées par Sony-Ericsson et Motorola (voir nos articles) risquent d’être bien vite oubliées.

Le premier fabricant mondial de téléphones mobile affiche en effet pour le deuxième trimestre un bénéfice par action inférieur aux attentes. Il s’établit à 18 centimes pour la période avril-juin, contre 15 centimes au deuxième trimestre 2004 et alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un BPA de 19 cents. Le bénéfice imposable ressort à 1,108 milliard d’euros, contre 1,017 milliard (+15%) au deuxième trimestre 2004 et 1,219 milliard attendu par le marché. En revanche, le chiffre d’affaires de 8,059 milliards d’euros (+25%) est supérieur au consensus de 8 milliards. La part de marché du groupe dans les combinés mobiles est en progression (comme celle de son challenger Motorola) à 33% contre 32,4% attendu. Nokia a vu ses ventes de mobiles bondir partout. Les revenus de cette branche ont crû de 20%, à 4,8 milliards d’euros mais sa marge opérationnelle a reculé de plus de trois points, 16,2% contre 19,8%. La pression sur les prix explique cette baisse. “Comme la croissance vient principalement des marchés émergents, où les produits d’entrée de gamme prédominent et les pressions sur les prix sont actuellement intenses, les prix moyens de vente ont continué de baisser”, explique le directeur général de Nokia, Jorma Ollila, dans le communiqué de résultats. Au total, “les volumes du secteur ont été légèrement supérieurs à nos prévisions, nous conduisant à relever de 20 millions notre estimation du marché pour l’année à 760 millions” de téléphones vendus contre 643 millions en 2004, a commenté le patron de Nokia. Mais, nouvelle déception, les prévisions financières du finlandais sont maussades: le groupe table en effet au troisième trimestre sur un BPA de 0,14/0,17 euro contre 0,20 attendu par les analystes. Le chiffre d’affaires est lui attendu entre 7,9 et 8,2 milliards d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur