OCZ disparaît, puis renaît comme filiale stockage de Toshiba

Composants

Toshiba vient de finaliser l’acquisition des actifs de OCZ Technology Group et crée pour l’occasion une nouvelle filiale baptisée OCZ Storage Solutions. La marque OCZ perdure et Toshiba ajoute un débouché supplémentaire à sa mémoire flash NAND.

Après une année compliquée, OCZ avait engagé une procédure de mise en faillite fin novembre 2013. Alors, chapeautée financièrement par Hercules Technology Growth Capital, OCZ était pressentie pour entrer dans le giron de Toshiba.

C’est chose faite, annonce le constructeur japonais qui indique avoir fait l’acquisition de tous les actifs de OCZ Technology Group.

OCZ Storage Solutions est créé

Une société disparait, mais Toshiba crée une toute nouvelle filiale sur les bases de feu OCZ Technology Group. Baptisée OCZ Storage Solutions, la nouvelle entité aura bien évidemment dans son portefeuille des SSD, aussi bien grand public que professionnels. Parmi ceux-ci, il y aura des dispositifs de stockage SATA et PCIe pour le domaine des hautes performances mais aussi pour le mainstream.

Opérant de manière indépendante, la filiale permet à la marque OCZ de perdurer. Mais l’acquisition est aussi stratégique pour l’activité flash NAND du groupe. Dans un marché qui connait des fluctuations saisonnières de la demande très marquées et des baisses de prix fréquentes, OCZ va permettre à Toshiba d’assurer des débouchés pour sa mémoire flash à portes NAND.

L’approvisionnement en flash assuré

Pour la filiale, l’approvisionnement en flash ne sera plus problématique. On se souvient qu’en juillet 2013, OCZ avait annoncé un chiffre d’affaires trimestriel très inférieur aux estimations à cause de la pénurie de mémoire flash à portes NAND.

Cette pénurie avait durement marqué les fabricants de SSD faisant appel à d’autres entreprises pour leur approvisionnement en NAND. Paradoxalement, à l’époque, c’est Toshiba qui avait été montré du doigt. Le Japonais était alors accusé de réduire sa production (de 30%) à dessein, prétextant alors une surproduction mondiale. Il s’agissait plutôt de faire monter les prix de manière artificielle.

Forte teneur en composants Toshiba

Dans son communiqué de presse, la société japonaise indique bien que les solutions de stockage d’OCZ “tireront partie de la NAND de Toshiba“. Plus globalement, Toshiba pourra gérer l’ensemble des aspects essentiels du SSD : la mémoire flash, le firmware ainsi que le contrôleur. Pour ce dernier point, la société devrait intégrer ses contrôleurs maison si l’on en croit le communiqué de presse ou bien utiliser le savoir-faire d’OCZ en la matière suite au rachat d’Indilinx. Les contrôleurs SandForce (tels que le SF-2281) devraient donc logiquement disparaître des futurs SSD d’OCZ Stoage Solutions.


Voir aussi :

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur