OCZ pénalisé par la pénurie de mémoire flash NAND

Composants

OCZ Technology annonce un chiffre d’affaires largement sous les estimations du marché pour le premier trimestre fiscal de l’année. La faute à la pénurie de mémoire flash NAND.

Pour le premier trimestre de l’année fiscale, OCZ Technology présente un chiffre d’affaires compris entre 50 et 55 millions de dollars, alors que le marché tablait sur 74 millions de dollars.

Les difficultés continuent pour OCZ

Le Nasdaq a d’ailleurs immédiatement sanctionné le titre OCZ qui a chuté en bourse avant ouverture (-6,6%). Vendredi dernier, le titre était à 1,65 dollar à la clôture, mais à 1,54 dollar à l’ouverture lundi 15 juillet.

La société entrée sur le marché des Solid-State Drive (SSD) début 2011 se retrouve ainsi en position délicate à cause de la pénurie de mémoire flash à portes NAND. Ces difficultés font suite à la longue liste de problèmes rencontrés par la société américaine.

OCZ n’a ainsi pas publié ses résultats financiers durant les trois derniers trimestres en raison d’inexactitudes comptables. Une restructuration a également été décidée afin de sauver l’entreprise.

La pénurie de flash NAND en cause

Mais la pénurie de mémoires flash à portes NAND pourrait porter l’estocade à une société à court de trésorerie.

Cette pénurie continue de “punir” les fabricants de SSD qui font appel à d’autres entreprises pour leur approvisionnement. Elle découlerait d’opérations à visée stratégique de certains constructeurs de flash qui, dans une volonté de hausser les prix, ont, pour certains, baissé significativement leur production. Ainsi en juillet 2012, Toshiba avait annoncé réduire sa production de flash NAND de 30% prétextant une surproduction mondiale.

Mais OCZ entend bien redresser la barre en concentrant ses efforts sur le marché professionnel à forte valeur ajoutée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur