Office 2007 : les dernières avancées en terme de collaboration

Cloud

Nous avons fait le point avec un responsable de Microsoft France sur les avancées d’Office en terme de travail collaboratif et de rationalisation des infrastructures

Office 2007 et Office System ont été un tournant dans la stratégie de Microsoft. Christophe Pitié, directeur marketing de la division Office chez Microsoft France, nous a fait un résumé des avancées qui ont marqué la sortie de cette nouvelle suite bureautique.

Pour le grand public, l’innovation la plus marquante d’Office 2007 est sans conteste la nouvelle interface du logiciel et son fameux bandeau, aux usages multiples. Du côté des entreprises, les utilisateurs ne peuvent dorénavant plus acquérir un CD OEM d’Office, mais uniquement des clés de licence pour une version OEM qui doit être préinstallée par le constructeur (ou l’intégrateur). Ce nouveau modèle OEM a provoqué une transition plus longue.

Le site Office Online fait apparaître un taux d’utilisateurs d’Office 2007 de 32% et d’Office 2003 de 40-42%. Le reste se partage entre d’autres versions de la suite bureautique, Office XP en tête. L’adoption de la dernière version d’Office aura donc été assez rapide.

christophepitie.jpg

La collaboration avant tout

Office 2007 se focalise sur les nouveaux usages qui apparaissent au sein des entreprises : gestion documentaire (avec révisions et recherches), courrier électronique, messagerie instantanée (et voix sur IP), partage de documents, sont quelques uns des axes forts de cette stratégie collaborative.

Pour chaque secteur, Microsoft dispose d’une technologie adaptée : Active Directory, Exchange, Communications Server, SharePoint, etc.

Les particuliers n’ayant pas les mêmes besoins, une solution comme Office Live Workspace leur est tout particulièrement destinée. Elle se focalise sur le partage de documents et la collaboration. Ce service est disponible en français depuis environ trois semaines.

Rationaliser les infrastructures

Avec Office System, Microsoft souhaite rationaliser et simplifier les infrastructures en offrant une solution clé en main, plus intégrée et moins coûteuse que les produits tiers.

L’offre de Microsoft se place ainsi en concurrence frontale avec Lotus Notes. Aujourd’hui, les parts de marché de la firme de Redmond sur ce secteur sont de 60%, contre 35% pour IBM. Cette hausse vertigineuse explique sans peine pourquoi IBM a amélioré l’interface graphique de Lotus Notes et a souhaité développer une suite bureautique adaptée à son offre (Lotus Symphony).

Un mélange entre le modèle classique et le SaaS

Christophe Pitié a souhaité également revenir sur la stratégie « Software + Services » de Microsoft, qui tranche avec le modèle SaaS (Sofware as a Service) prôné par ses concurrents. Pour la compagnie, la coexistence d’un applicatif traditionnel et d’une version web est importante. C’est un choix que la société veut laisser à ses clients.

De même, la possibilité d’héberger des services en interne (et non pas sur les serveurs de Microsoft) peut être d’une importance stratégique pour certains clients, les banques par exemple. La compagnie se garde donc la possibilité d’offrir des architectures mixtes qui, en fonction du service, fonctionneront soit localement, soit en mode SaaS/ASP.

Rappelons enfin que l’offre Microsoft Online Services sera dévoilée cet été aux États-Unis (pour la France il faudra attendre début 2009). Elle intègrera Exchange Online, SharePoint Online et Office Communications.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur