Office 2010 concurrencé par Office Web Apps?

Logiciels

L’offre grand public d’Office 2010 est désormais disponible en magasin et en offre pré-installée sur les PC neufs. Elle s’accompagne de la version en ligne, gratuite. Complémentaire aux yeux de Microsoft, Office Web Apps pourrait se substituer à la version boîte dans les usages familiaux.

Un mois à peine après la sortie de la version professionnelle, Microsoft a ouvert, le 15 mai, la commercialisation d’Office 2010 édition familiale. Ce nouvel opus de la suite bureautique de Redmond se distingue de la version 2007 par de nouvelles fonctionnalités comme la généralisation de l’interface du menu en «ruban» (sur Outlook notamment), l’introduction d’une fonction de montage vidéo dans Powerpoint, le rendu 3D, la traduction multilingue intégrée et une sécurité générale renforcée avec notamment le mode Protected View qui permet de vérifier le contenu d’un document avant son ouverture effective.

Mais la grande nouveauté s’illustre par le lancement d’une version d’Office 2010 dans le nuage avec les Office Web Apps, l’offre en ligne (façon SAAS) gratuite de la suite (Word, Excel, Powerpoint et OneNote) subventionnée par la publicité. Dans les faits disponible depuis la semaine dernière, l’offre est indépendante de la version locale (entendre sur le disque dur de l’utilisateur) qui permettra à tout internaute disposant d’un compte Windows Live ID (26 millions d’utilisateurs en France selon Médiamétrie NetRatings) de retrouver ses documents et travailler depuis n’importe quel PC équipé d’un navigateur (et d’une connexion Internet haut débit) mais aussi de pouvoir les partager facilitant ainsi le travail collaboratif. L’offre s’appuie sur le service de stockage SkyDrive qui met 25 Go (tout de même!) à disposition de l’utilisateur.

Il sera intéressant de voir comment cette nouvelle offre est accueillie par les utilisateurs et, notamment, en quelle mesure elle viendra concurrencer l’offre en boîte. Pour Jean-Christophe Pitié, directeur de la division Office de Microsoft France, « il s’agit d’un usage complémentaire qui offre le partage en ligne et permet de travailler efficacement ». Un usage d’autant plus complémentaire que les versions web « n’offriront pas le même niveau de parité fonctionnelle que les versions desktop ». Reste à savoir si les fonctionnalités des version en ligne ne répondent pas déjà largement aux besoins. Il faudra attendre quelques mois avant de vérifier la pertinence de cette analyse.

Trois éditions locales de la suite bureautique sont proposées : Office Famille et Etudiant 2010 fournit les licences de Word, Excel, PowerPoint et OneNote pour 3 PC; Office Famille et Petite Entreprise 2010 y ajoute Outlook (mais pour 2 PC); et Office Professionnel 2010, pour 2 PC également, s’enrichit d’Access. Les trois éditions sont respectivement proposées à 139, 379 et 699 euros TTC.

Malgré ces tarifs élevés (alors qu’il existe des alternatives gratuites comme OpenOffice ), Microsoft ne doute pas du futur succès d’Office 2010. « Nous sommes convaincus que cette édition d’Office sera un très grand succès grand public, déclare Jean-Christophe Pitié […] cette version est en affinité avec les nouveaux usages du grand public, toujours plus multimédia, mobile, connecté et interconnecté. L’intégration des Office Web Apps va dans ce sens et reflète notre ambition sur le cloud computing pour tous. »

L’éditeur de Windows s’appuie notamment sur ses partenaires pour distribuer le nouvel Office. En France, 15 grandes enseignes et 3000 points de ventes (35 000 dans le monde) proposeront les boîtes d’Office 2010. Mais Microsoft compte surtout sur les versions pré-chargées sur les nouveaux PC des principaux constructeurs (Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Samsung, Sony, Toshiba notamment) dont le client pourra, après une période d’essai, obtenir la licence des applications par l’intermédiaire d’une carte d’activation disponible en ligne ou en magasin. Un mode de commercialisation plus économe que l’achat en boîte (lire notre actualité sur les tarifs ). Pas moins de 100 millions de machines sont ainsi concernées dans le monde.

Office 2010 ouvre également la vision «3 écrans» de Microsoft. Outre les versions «fixes» et Internet de la suite bureautique, le mode cloud se décline également sur les smartphones sous Windows Mobile mais aussi sous Symbian de Nokia.

L’offre en ligne permet à Microsoft de diversifier ses canaux de distribution de ses applications phares. Elle vise à répondre à la légère érosion des ventes d’Office. La branche Business Division qui gère la suite bureautique a vu son chiffre d’affaire passer de 4,5 à 4,2 milliards de dollars en un an sur le premier trimestre. La stratégie vise également à anticiper les usages futurs et, surtout, à contrer l’offre de Google et sa suite en ligne Docs. Environ 25 millions d’utilisateurs auraient aujourd’hui souscrits à l’offre payante (40 euros par an par personne) de Google Apps. Et des millions d’autres utilisent quotidiennement les outils bureautiques de Mountain View en mode libre. Pas encore de quoi remettre en cause l’hégémonie de Microsoft Office mais Redmond surveille de près la tendance…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur