Officiel: HP supprime 14.500 emplois

Cloud

C’est quasiment 10% des effectifs du constructeur qui passe à la trappe. Il s’agit d’économiser 1,9 milliard de dollars par an

Pas de surprise. HP vient de confirmer par voie de communiqué sa mega charrette révélée depuis plusieurs jours par les observateurs. Restait la question de l’ampleur du plan social: 5, 10, 20.000? Ce sera finalement 14.500 emplois qui seront supprimés dans le monde soit un peu moins de 10% des effectifs globaux du groupe. Une mauvaise nouvelle de plus après les 13.000 suppressions de postes annoncées par IBM.

Officiellement, il s’agit de “simplifier la structure de l’entreprise, réduire les coûts et permettre de mieux se concentrer sur les clients”, précise le communiqué. Etalé sur six trimestre, le programe de réduction des emplois et de restructuration doit permettre d’économiser 1,9 milliard de dollars par an. Le groupe de Palo Alto (Californie) envisage d’enregistrer une charge de restructuration avant impôts de l’ordre de 1,1 milliard de dollars au cours des six trimestres suivant le quatrième trimestre de son exercice 2005. Ces coupes franches concerneront l’activité PC, les ressources humaines ou la direction financière. L’activité PC (ex-Compaq) est moins compétitive que la concurrence, elle a déjà coûté la place de Carly Fiorina, ancienne pd-g d’HP et limogée il y a quelques mois. Les coupes seront minimes dans la vente ou la recherche et le développement. HP est le deuxième constructeur mondial de PC et a encore vu ses ventes bondir lors du dernier trimestre (+16%, voir notre article), mais la concurrence sur les prix pèse fortement sur ses marges. Comme IBM, IBM veut donc être plus souple, plus agile (sic). Il s’agirait de la deuxième décision importante de Mark Hurd depuis son arrivée à la tête du groupe. En juin dernier, le CEO annonçait un virage stratégique pour HP. Un tournant qui a tout du demi-tour… Cinq mois après avoir fusionné son activité PC avec ses imprimantes, Hewlett-Packard avait décidé de les séparer à nouveau. Cette nouvelle séparation devrait permettre “d’accroître sa compétitivité et d’améliorer ses structures de coûts”, avait précisé Mark Hurd. Les deux unités fonctionneront à nouveau de manière indépendante. Le groupe HP a réalisé un bénéfice net de 966 millions de dollars sur son trimestre clos fin avril contre 884 millions de dollars un an plus tôt. Et en France? Selon le syndicat CFTC, il faudra attendre la convocation d’un CE Européen extraordinaire d’ici deux mois afin de connaître plus précisément les conséquences pour les activités et les 4.800 employés du Groupe HP en France. Ces salariés sont regroupés principalement au sein de deux sociétés : HP France (2.000 employés) et HP Centre de Compétences France (2.800 employés). “En cas de nouvelle organisation, il est souhaitable qu’elle soit pérenne dans le temps étant données les restructurations successives déjà décidées par Carly Fiorina et qui n’ont pas apporté les bénéfices escomptés”, explique le premier syndicat du constructeur. “On ne comprend pas. La société a fait 911 millions de dollars de bénéfices nets sur les six premiers mois de l’année. (…) Aujourd’hui on licencie parce que les financiers demandent des licenciements. La situation est simple: quand les rumeurs sur une restructuration ont commencé à courir, l’action a commencé à monter”, a déploré de son côté Patrick Nowak, délégué central CFE-CGC à HP. Selon différentes sources, 10% des effectifs français pourraient être impactés par le programme mis en place par HP. Un culture de la charrette…

Depuis le début de l’année, HP aurait déjà licencié 4.500 personnes, selon un analyste du cabinet Sanford C. Bernstein & Co dont 1.900 dans la division Impression et Images. En 2002, lors de la mega fusion entre HP et Compaq, envrion 15.000 personnes avaient été remerciées, 8.000 chez Compaq, 6.000 chez HP. En 2001, 3.000 suppressions sont annoncées en avril, 6.000 en juin.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur