Officiel : SFR va prendre le contrôle de Neuf Cegetel

Cloud

Le projet d’accord a été signé. SFR qui déboursera environ 4,7 milliards d’euros va devenir un opérateur intégré de poids face à Orange

Les choses n’ont pas traîné. Deux jours après que Vivendi et SFR aient confirmé leurs discussions, Neuf Cegetel indique ce jeudi dans un communiqué avoir “pris connaissance de la signature entre ses deux actionnaires de référence, SFR et le groupe Louis Dreyfus, d’un projet d’accord de cession en vue du rachat par SFR de la totalité de la participation du groupe Louis Dreyfus dans Neuf Cegetel”.

Et de préciser: “Aux termes de ce projet, sous réserve notamment de l’approbation de l’opération par les autorités de concurrence compétentes, SFR acquerrait la participation détenue par le Groupe Louis Dreyfus dans Neuf Cegetel. Alors, en application de la réglementation boursière, SFR déposerait auprès de l’Autorité des Marchés Financiers une Offre Publique d’Achat visant les titres Neuf Cegetel détenus par le public, à un prix de 36,50 € par action”.

Tout se passe donc comme prévu pour SFR qui boucle ainsi une opération stratégique attendue depuis longtemps par les analystes.

SFR, filiale de Vivendi, détient déjà 40,5% de Neuf Cegetel. L’opérateur mobile va donc s’emparer des 29,5% détenus par l’actionnaire historique de Neuf, Louis Dreyfus (qui fait une très bonne affaire, lors de l’IPO de Neuf, l’action était à 22 euros) et du reliquat des actions (30%) détenu notamment par le public via une OPA (offre publique d’achat). Au total, l’opération coûtera à SFR 4,7 milliards d’euros environ.

Vivendi, premier actionnaire de SFR, a d’ailleurs annoncé qu’il lèvera entre un et deux milliards d’euros auprès de ses actionnaires pour financer le rachat du capital de Neuf Cegetel.

Mais pour Vivendi et pour SFR, cette opération n’est pas si coûteuse que ça. Car les bénéfices sont énormes. Il y a d’abord les synergies: SFR, premier client de Neuf Cegetel, utilise son réseau pour son offre d’Internet tandis que Neuf Cegetel recourt à celui de SFR pour son offre fixe/mobile “Twin”. Les deux opérateurs investissent en outre conjointement dans la fibre optique et le Wimax.

Surtout, elle va faire de SFR un véritable opérateur intégré, comme Orange. Le groupe de Frank Esser sera ainsi capable de proposer une offre convergente quadri-play associant internet haut débit, téléphonie fixe, IPTV et téléphonie mobile. A l’heure de la convergence, ce rapprochement apparaissait donc comme inéluctable.

Le rachat permettra également à l’opérateur mobile de devenir le deuxième FAI de France derrière Orange, leader incontesté du marché. En fait, SFR se dote d’armes nouvelles pour combattre son ennemi historique.

Rappelons que SFR a déjà racheté les activités fixes et ADSL de Télé2 France, ce qui lui a permis de lancer une offre ADSL cette année. Au total SFR + Neuf Cegetel comptera 3,5 millions de clients ADSL et 18,1 millions de clients mobiles contre 6,9 et 23,5 millions de clients pour Orange. Sur l’ADSL, le nouvel ensemble creuse l’écart avec Iliad (Free) qui revendique 2,8 millions de clients.

Ce rachat met également à l’abri SFR si Free obtient finalement des réaménagements dans le paiement de la 4e licence mobile 3G. En obtenant cette licence, Free pourrait alors lui aussi devenir opérateur intégré et lancer une offre quadri-play.

Pour Frank Esser:“La phase de mutations importantes que connaît actuellement le secteur des télécommunications renforce les complémentarités naturelles entre SFR et Neuf Cegetel en termes d’activités, de bases de clients, de réseaux et d’équipes. La possibilité d’acquérir le contrôle de Neuf Cegetel est une opportunité pour le groupe SFR, présent dans le fixe depuis 1997, d’accélérer la mise en œuvre de relais de croissance”.

En terme financier, SFR et Neuf Cegetel pèsent 11,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2006 contre 27,54 milliards pour Orange.

Restent quelques questions. La marque Neuf Cegetel va-t-elle disparaître ? L’opération ne va-t-elle pas être bloquée par les autorités de la concurrence ou Bruxelles à cause de la télé payante (Vivendi contrôle Canal+) ? Et surtout, comment va réagir Bouygues Telecom ? En effet, le troisième opérateur mobile français compte lui aussi se lancer dans l’ADSL en utilisant le réseau de… Neuf Cegetel !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur