L’offshore en Inde fait-il encore recette ?

ExternalisationProjets

La montée en puissance du Cloud menace les spécialistes de l’offshore IT. En témoignent les réductions d’effectifs engagées depuis trois ans en Inde chez IBM.

Les réductions d’effectifs menées en Inde par IBM annoncent-elles un changement majeur dans l’offshore IT ? Le groupe informatique américain emploie moins de 113 000 collaborateurs en Inde désormais, contre 165 000 en 2011, d’après des sources proches du dossier citées par le journal financier indien The Economic Times. En 2015, l’effectif indien de Big Blue pourrait tomber à 100 000 employés sur un effectif mondial supérieur à 430 000 personnes.

IBM en baromètre de l’offshore IT

IBM Global Services, l’une des principales SSII mondiales, a été le premier employeur IT d’Inde lorsque l’externalisation des développements informatiques s’est intensifiée durant les années 2000. Mais le Cloud Computing, les capacités d’intelligence artificielle et d’automatisation de supercalculateurs – Watson d’IBM inclus – ont limité les besoins de main d’œuvre pour réaliser et suivre des développements informatiques extraterritoriaux.

Les entreprises clientes, qui utilisent davantage de services Cloud, limitent leurs dépenses de maintenance de leurs propres infrastructures IT et logiciels « on-premise ». Pour tirer leur épingle du jeu, les prestataires IT, SSII/ESN, ont donc tout intérêt à améliorer la qualité des services de support proposés autour du Cloud, parallèlement à la fourniture de leurs services traditionnels.

La transition vers un modèle mixte

« Les services Cloud ne remplaceront pas les activités offshore », déclarait en 2013 l’analyste chez Gartner Ian Marriott. Mais la société d’études affirmait tout de même la nécessité de réaliser des investissements stratégiques dans le Cloud pour les grands fournisseurs offshore « visant une part significative des budgets IT des grands donneurs d’ordre ».

Un sentiment partagé par Capgemini. La SSII française s’est positionnée sur des activités à forte croissance, les « SMAC » (Social, Mobile, Analytics, Cloud), sans délaisser l’offshore. La croissance affichée au 1er semestre 2014 a été influencée par « l’adoption de nouvelles technologies par nos clients et l’offshore », expliquait cet été son Pdg, Paul Hermelin. Capgemini emploie plus de 50 000 personnes en Inde sur un effectif total supérieur à 130 000 salariés.

Lire aussi
– IBM privilégie les marges avant les ventes
– Capgemini mise sur l’offshore en Inde dans un marché atone
– Comment Capgemini s’adapte à l’ère du Cloud


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur