Olivier Seznec, Cisco : « Les objets seront majoritairement connectés via des technologies radio »

M2MRéseaux
Cisco - Olivier Seznec

Directeur technique de Cisco France, Olivier Seznec partage la vision et l’analyse de ce grand équipementier sur l’internet des objets.

Cisco - Olivier SeznecSilicon.fr – Vous annoncez plus de 50 milliards d’objets connectés d’ici la fin de la décennie. Faut-il s’attendre à ce que tous les appareils électriques ou électroniques soient « connectés » ?

Olivier Seznec – Effectivement, les appareils électriques ou électroniques seront connectés afin d’avoir une visibilité sur la consommation des équipements et leur contrôle. Nous aurons également d’autres systèmes connectés au-delà de l’aspect énergétique. Je pense notamment aux capteurs  environnementaux (température, humidité, pression, CO2, polluants, pollen…), aux capteurs biomédicaux (température, pression artérielle, analyses biologiques…) ou aux objets géolocalisés.

Le trafic internet est estimé à 40 exaoctets en 2012. Avec 10 fois plus de terminaux connectés et des capteurs HD pour le son ou l’image, faut-il craindre une multiplication par 100 des débits d’ici 2020 ?

L’augmentation du nombre de terminaux connectés n’implique pas une explosion des débits associés. Il faut analyser la nature du terminal connecté. Dans le cas d’un capteur environnemental qui remonte toutes les 30 minutes une information sur l’humidité et la température, les données transmises sont très faibles. En revanche, si l’on connecte des systèmes de vidéosurveillance ou de vidéoconférence (qui fonctionnent en HD) les débits vont exploser par rapport à ce que nous avons aujourd’hui.

Maintenant, les prévisions de déploiement des systèmes mobiles (smartphones) – qui offrent tous des fonctions de vidéoconférence  – laissent à penser que nous devrons multiplier les bandes passantes disponibles sur les infrastructures. Les infrastructures fibres optiques vont s’avérer cruciales dans ce contexte, car elles seront seules susceptibles de satisfaire les demandes de débit.

Sur quelles technologies LAN et WLAN pariez-vous pour l’Internet des Objets ? Pourront-elles absorber ce déluge de données ?

Les objets seront majoritairement connectés via des technologies radio car il est très complexe de déployer un support physique pour connecter tous ces systèmes. Des passerelles feront le lien entre l’Internet filaire et l’Internet sans fil. L’IETF, l’organisme qui définit les standards de l’Internet, a développé des technologies particulières pour l’Internet des Objets. Sur la partie radio, le standard 6 LoWPAN prend en compte les contraintes liées à ces technologies (faibles débits par exemple). Un nouveau protocole de routage, RPL, a même été standardisé. RPL intègre dans le choix du meilleur chemin pour acheminer des informations les contraintes énergétiques des objets, la qualité de la transmission, la sécurité, le nombre de relais intermédiaires, etc. Et toutes ces technologies ont été conçues dès le départ pour s’inscrire dans des déploiements massifs.

L’Internet des Objets va-t-il accélérer la transition vers l’IPv6 ? Internet est-il prêt pour l’Internet des Objets ?

L’Internet des Objets demande la mise en place du protocole IPv6 au vu du nombre d’objets mis en place. De toute façon, depuis 2011, les derniers grands blocs d’adresse IPv4 ont été distribués auprès des fournisseurs d’adresse régionaux. L’Internet des Objets en IPv4 n’est donc pas techniquement possible, faute d’adresses disponibles. Cisco travaille depuis de nombreuses années sur la transition et toute l’industrie progresse rapidement sur ce sujet.

Le 6 juin prochain, les géants du web (Google, Facebook, Yahoo, Bing…) et des centaines d’entreprises vont rendre leurs contenus et applications accessibles en IPv6 en plus d’IPv4. Les opérateurs participants s’engagent eux, à connecter au moins 1 % des leurs utilisateurs en IPv6 natif avant le 6 juin et à connecter tous les nouveaux Internautes en IPv6, et ceci par défaut. Ces utilisateurs lorsqu’ils accéderont les sites et applications mentionnés précédemment, le feront en IPV6 , sans s’en rendre compte et de façon totalement automatique.  Internet basculera de façon définitive et permanente sur le protocole IPv6.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à vous connecter sur le blogue de Cisco référence en la matière : ipv6blog.cisco.fr où de nombreux articles font référence à ce changement annoncé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur