Pour gérer vos consentements :
Categories: CloudIOT

Oniro : un relais en Europe pour l’« anti-Android » de Huawei

Vient-on d’assister au vrai démarrage d’OpenHarmony en Europe ? La fondation Eclipse a en tout cas annoncé avoir pris Oniro sous son aile.

Quelle relation entre ces deux projets open source ? Le premier se développe depuis la mi-2020 sous l’égide d’OpenAtom. On peut considérer cette dernière comme l’homologue chinoise d’Eclipse. Derrière elle, on trouve des poids lourds tels qu’Alibaba, Baidu ou Tencent. Ainsi que Huawei… à qui on doit le socle d’OpenHarmony. En l’occurrence, le système d’exploitation Harmony OS, brandi notamment face à Android.

En travaux depuis environ un an, Oniro consiste en une implémentation d’OpenHarmony, voulue indépendante, mais pleinement compatible. Sa première cible : l’IoT. L’EclipseCon 2021, qui se tient du 25 au 28 octobre, est l’occasion d’en donner l’illustration. SECO, en particulier, y présente un démonstrateur à destination des distributeurs automatiques de boissons.

L’entreprise italienne spécialiste du M2M avait été l’une des premières à s’officialiser relais d’OpenHarmony en Europe. C’était début 2021. Quelques semaines plus tard, l’association Linaro lui avait emboîté le pas. Deux autres partenaires également d’origine italienne (NOI TechPark et Synesthesia) se sont joints à la boucle depuis.

Du Yocto dans Oniro

Promesse d’Oniro : favoriser le développement de systèmes d’exploitation modulaires. En d’autres termes, capables de fonctionner sur une multitude d’appareils avec un minimum d’adaptations.

À la base, il y a une architecture à noyaux multiples. D’un côté, un Linux (Poky, implémentation de référence du projet Yocto). De l’autre, des kernels « légers », pour les systèmes embarqués aux capacités limitées. On commence avec Zephyr et FreeRTOS (support expérimental pour ce dernier).

En ligne de mire, un modèle décentralisé qui évitera, par exemple, de passer par le cloud pour échanger des informations entre appareils.

On peut tester Oniro sur QEMU et sur plusieurs cartes :

– Noyau Linux : deux modèles SECO (SBC-B68 et C61) et un 96Boards (Avenger96)

– Noyau Zephyr : deux modèles 96Boards (Nitrogen et Avenger96), un Nordic Semiconductor (nRF52840) et plusieurs Arduino

Illustration principale © metamorworks – Adobe Stock

Recent Posts

La France a-t-elle les moyens de mesurer la menace ransomware ?

La France a-t-elle les outils pour évaluer la menace ransomware ? Éléments de réponse sous…

3 heures ago

Antitrust : Nextcloud rallie l’écosystème français contre Microsoft

Une dizaine d'entreprises françaises se liguent à la plainte que Nextcloud a déposée en début…

7 heures ago

Collaboratif : Jamespot étoffe son portefeuille avec Diapazone

L'éditeur logiciel français Jamespot ajoute la brique d'orchestration de réunions Diapazone à son offre collaborative…

3 jours ago

Gestion des secrets : pourquoi les équipes DevOps sont à la peine

Les pratiques DevOps de gestion des secrets d'une majorité d'organisations ne sont pas normalisées et…

3 jours ago

Visioconférence : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui sont les têtes d'affiche de la visioconférence et qu'attendre de leurs offres ? Éléments…

3 jours ago

Fargate : une nouvelle étape dans la transition Arm d’AWS

Le moteur serverless Fargate vient allonger la liste des services AWS exploitables avec les instances…

3 jours ago