Pour gérer vos consentements :
Categories: Cloud

Oodrive : une « caution Cigref » et des envies d’Europe

Mise à jour du 22 février 2022 à 14 h 58
Henri d’Agrain a exercé, en un tweet à notre attention, une forme de « droit de réponse ». Nous l’insérons en fin d’article.

Le Cigref, exemplaire en matière de souveraineté numérique ? Il utilise en tout cas Oodrive*. Son délégué général Henri d’Agrain – qui préfère parler de « maîtrise des dépendances » – en a fait part, à l’invitation de l’éditeur. Celui-ci présentait ses ambitions pour 2022. Avec, en point d’orgue, une nouvelle identité de marque.

De six briques fonctionnelles, on est passé à cinq :

– Sign (signature électronique ; issu de l’acquisition de Sell&Sign en 2021) reste d’actualité ;

– Media (gestion d’actifs numériques ; issu de l’acquisition d’Orphea en 2018) aussi ;

– Save (sauvegarde/restauration ; ex-AdBackup) également ;

– Meeting (conférences et réunions) est devenu Meet ;

– Collaborate (ex-iExtranet ; l’une des premières offres d’Oodrive, lancée en 2022) et Share (bureautique collaborative) ont fusionné en Work.

Le catalogue comprend deux autres marques. D’un côté, Connect pour les intégrations API. De l’autre, Success pour les activités de conseil.

Toutes ces briques ne sont pas « imperméables ». À titre d’exemple, Media alimente les capacités de gestion des versions sur Work.

Fonctionnellement parlant, on reste sur un choix d’hébergement interne, en cloud public ou en cloud privé. Cette dernière option est qualifiée SecNumCloud pour Work et Meet (c’est prévu au deuxième trimestre 2022 pour Sign).

Aux dernières nouvelles, Oodrive revendique environ 3500 clients. LVMH et Universal Music furent parmi ses premières références. D’un C. A. de 49 M€ en 2019, puis 52 M€ en 2021, l’éditeur entend passer à 80 M€ en 2025.

Sur la liste des acquisitions d’Oodrive, il y a aussi :

– Mayetic (bureautique SaaS) en 2006
– BlueBackup (sauvegarde externalisée) en 2008
– Omnikles (dématérialisation des appels d’offres) en 2011
– CertEurope (identité numérique) en 2012 ; activité cédée en majorité à Tinexta l’été dernier
– CommonIT (navigation web sécurisée) en 2013
– Active Circle (stockage massif) en 2014
– LegalBox (automatisation de workflows et parapheur électronique) en 2019

* Plus précisément Meet, Save (« depuis quelques mois ») et Sign (depuis fin 2021).

Photo d’illustration © sdecoret – Adobe Stock

Recent Posts

5 scale-up françaises de cybersécurité à retenir

De Ledger à HarfangLab, des entreprises et start-up françaises de sécurité cyber et protection de…

16 heures ago

Linux : Debian passe au firmware propriétaire

Debian 12 va officiellement inclure du microgiciel propriétaire. Un coup de canif dans le "contrat…

21 heures ago

Stockage : IBM prend la main sur les technologies Red Hat

Le portefeuille stockage de Red Hat va fusionner avec celui d'IBM. En première ligne, Ceph…

22 heures ago

Elon Musk propriétaire de Twitter : on s’en approche

Elon Musk accepte finalement de procéder à l'acquisition de Twitter... moyennant l'abandon des poursuites à…

1 jour ago

Comment mieux embaucher des développeurs ?

La maîtrise de langages de programmation ne fait pas tout. L'entretien technique ne devrait négliger…

2 jours ago

Logiciels libres : 7 nouveaux entrants au SILL

Coup de projecteur sur quelques-uns des ajouts effectués en septembre au Socle interministériel des logiciels…

2 jours ago