OPA Oracle: PeopleSoft dit toujours non, et s’explique

Cloud

Ce n’est pas l’offre en elle même qui gêne PeopleSoft mais plutôt les problèmes qu’une telle fusion pourrait engendrer

Rien n’y fait. Pas même le milliard de dollars ajouté par Oracle à son offre hostile de rachat. Pour rappel: une offre qui se situe à plus de 6 milliards de dollars au total. PeopleSoft ne veut pas être avalé par Oracle! Et le fait savoir une nouvelle fois.

Selon le Washington Post, le conseil d’administration de PeopleSoft se prépare à rejeter l’OPA d’Oracle au motif que la réunion des deux sociétés porterait atteinte à la législation antitrust. Cette information marque une évolution dans la position de PeopleSoft. Evolution En effet, la véritable préoccupation des dirigeants de PeopleSoft n’est pas tant le prix que propose le deuxième éditeur mondial de logiciels que la viabilité de la transaction au regard du droit de la concurrence. Ils redoutent notamment un processus d’enquête long et dommageable. “La question est celle-ci: que se passera-t-il durant la période où tout ceci sera en suspens? Quels seront les dégâts sur les relations avec la clientèle? Si j’étais au conseil d’administration, cela me tracasserait beaucoup”, déclare, dans les colonnes du Post, Gary Reback, le conseiller juridique de PeopleSoft en matière de droit de la concurrence.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur