OPA Oracle (suite): l’Etat du Connecticut s’y oppose

Régulations

Après le relèvement de l’offre numéraire sur PeopleSoft, à 6,3 milliards de dollars, l’Etat du Connecticut prépare une plainte anti-trust de contre Oracle, et cherche des appuis

Il fallait s’y attendre? Oracle va devoir affronter la justice américaine, qui peut l’inquiéter au nom de la législation anti-trust, suite à son OPA sur PeopleSoft. Si l’OPA était conduite à son terme, Oracle pourrait avoir à répondre d’une infraction au droit commercial du Connecticut, et sans doute au droit fédéral.

L’Etat du Connecticut entend déposer sa plainte devant le tribunal d’Harford. Il a, par ailleurs, annoncé qu’il constituait une coalition d’Etats et de consommateurs pour faire barrage à l’OPA. Les plaignants craignent surtout que la ‘réduction significative de la concurrence’ sur le marché, si l’OPA réussissait, permette à Oracle d’augmenter les prix pratiqués par PeopleSoft. Or, ce dernier est particulièrement bien implanté dans les administrations. D’ailleurs, le Connecticut a passé un contrat de 100 millions de dollars sur 5 ans à PeopleSoft pour son réseau informatique. Le gouverneur John Rowland a déclaré que “l’OPA hostile d’Oracle peut en puissance coûter à l’Etat des millions de dollars“. La saga Oracle/PeopleSoft/JD Edwards est loin d’être terminée !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur