OPA Oracle (suite): PeopleSoft en appelle à la justice

Cloud

L’éditeur a finalement entamé une action en justice pour écarter l’offre de son concurerent. « Futile », répond Oracle

Nouveau rebondissement dans l’affaire de gros sous et d’influence qui oppose Oracle à PeopleSoft. Ce dernier a déposé une plainte auprès de la cour supérieure d’Alameda (Californie) afin de bloquer l’offre hostile de rachat (pour 5 milliards de dollars) formulée par Oracle.

« Oracle a lancé délibérément une campagne illégale pour faire du tort à PeopleSoft et entamer sa capacité à se défendre », écrit PeopleSoft dans sa plainte. Et de poursuivre: « L’offre d’Oracle vise uniquement à empêcher la fusion déjà conclue avec J.D. EDwards ». L’éditeur demande des dommages et intérêts d’un montant indéterminé. « Action futile » Chez Oracle, on ne panique pas: la question serait réglée par les actionnaires de PeopleSoft et non par de « futiles actions en justice ». « PeopleSoft semble avoir repris sa valse-hésitation devant les tribunaux », s’est ainsi moqué son porte-parole, Jim Finn. Rappelons que J.D. Edwards, qui doit fusionner avec PeopleSoft, a lui aussi demandé à la justice de s’opposer à cette OPA hostile. L’éditeur estime que cette OPA compromet illégalement cette fusion. Il demande des dommages à hauteur de 1,7 milliard de dollars, le montant qu’elle avait négocié pour son rachat à l’amiable.


Avis d'experts de l'IT