Open Source et DSI : l’Open CIO Summit dévoile son livre blanc

Cloud

Lors de l’Open CIO Summi 2009 les DSI ont pu partager leurs expériences concernant les logiciels libres. Un livre blanc récapitule les enseignements à tirer de cet évènement.

Lors de l’Open World Forum 2009 d’octobre, dernier, un évènement intéressant avait été organisé, l’Open CIO Summit. Il a permis aux DSI de débattre de la problématique des logiciels libres en entreprise. Cette rencontre, organisée par l’ANDSI, le CIGREF, Alter Way et Bull, a réuni un peu plus de soixante décideurs.

« Cet évènement a été animé par les DSI, pour les DSI », rappelle Véronique Torner, cofondatrice et codirigeante d’Alter Way. Le comité d’organisation de l’Open CIO Summit dévoile aujourd’hui les résultats de ces débats, sous la forme d’un livre blanc consultable gratuitement ; « Êtes-vous prêt pour l’innovation ? Les vrais enjeux de l’open sourcepour les DSI ». En plus de faire la synthèse de l’Open CIO Summit 2009, ce document donne de nombreux conseils aux DSI souhaitant franchir le pas.

veroniquetorner.jpg

Cinq enseignements clés peuvent être tirés de cette rencontre. Le premier point est intéressant : l’intérêt premier de l’open source n’est pas la réduction du coût, mais l’innovation. « Contre toute attente, les DSI dépassent l’aspect crise, analyse Véronique Torner. Au-delà de la réduction des coûts, ils pensent surtout en termes d’innovations, en particulier dans le cadre de solutions métiers. »

Le second enseignement montre que si les entreprises tirent aujourd’hui les bénéfices des solutions open source, elles ne mesurent pas encore l’importance de l’ouverture du code (ainsi que leur devoir ‘moral’ vis-à-vis de la communauté) : l’intérêt n’est pas l’ouverture du code mais les standards et la flexibilité. « Les professionnels commencent toutefois à prendre conscience qu’il est nécessaire de s’inscrire dans un mouvement collaboratif », poursuit Véronique Torner.

Le premier frein à l’adoption de l’open source n’est pas la pression des éditeurs commerciaux, mais la réticence des utilisateurs finaux. Voilà un constat assez amusant. Les professionnels reprochent ici aux utilisateurs de ne pas embrasser pleinement les logiciels libres. C’est exactement la critique que nous faisions aux DSI lors du paragraphe précédent !

Enfin, les deux derniers points, l’open source exige davantage une nouvelle approche RH qu’une nouvelle expertise technique et l’open source est plus une opportunité qu’un risque pour les DSI, n’appellent pas de remarque particulière. En effet, l’open source transforme radicalement les tâches des DSI, qui reprennent le contrôle sur le système d’information de l’entreprise, mais doivent en contrepartie s’adapter à ce nouveau mode de travail et de pensée.

Nous laissons la conclusion à Véronique Torner : « Une seconde édition de l’Open CIO Summit est d’ores et déjà prévue. Elle se déroulera probablement le premier jour de l’Open World Forum 2010[NDLR: soit le 30 septembre 2010]. Nous comptons faire participer plus d’associations de DSI, en particulier celles centrées sur une région ou un corps de métiers précis. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur