Pour gérer vos consentements :
Categories: LogicielsOpen Source

Open source : Grafana Labs abandonne un peu plus la licence Apache

Un back-end pour Prometheus ? Dans la famille open source, il y a Cortex. Cette base de données de séries chronologiques trouve ses origines en 2016. Grafana Labs a aujourd’hui le lead sur le projet. L’entreprise affirme qu’entre 2019 et 2021, 87 % des contributions ont émané de ses employés. Elle en fait part dans le cadre d’une annonce importante : son focus est désormais sur Mimir.

Qu’est-ce que Mimir ? Dans les grandes lignes, un fork de Cortex. Il n’est cependant pas sous la même licence. Exit Apache 2.0, place à AGPLv3, plus restrictif. Grafana Labs a déjà orchestré cette bascule pour plusieurs de ses produits. En l’occurrence, Grafana, Loki et Tempo. En toile de fond, les pratiques de certains éditeurs et fournisseurs cloud. Qui, d’après Grafana Labs, ont lancé des offres fondées sur le code de ces produits sans suffisamment contribuer en retour.

Même discours concernant Cortex. Un modèle « pas tenable », regrette Grafana Labs. Et de reconnaître que dans un tel contexte, ses développements se sont portés vers ses produits commerciaux fondés sur la base de données : Grafana Cloud et GEM (Grafana Enterprise Metrics). « Il y a des fonctionnalités que nous aurions préféré mettre en open source, mais la seule voie pour le faire était AGPLv3 », résume le CEO Raj Dutt.

Cette licence n’empêche ni la modification, ni la redistribution du code source. Mais elle pose une condition en particulier (qui la différencie de GPL). Sa cible : quiconque crée un dérivé d’un programme et y donne accès par l’intermédiaire d’un réseau informatique. Elle impose que tous les utilisateurs puissent accéder au code source de ce dérivé, sous la même licence.

Mimir : du Cortex et un peu de GEM

Cortex est désormais « dans les mains de ses contributeurs », résume Grafana Labs. Le projet est actuellement en version 1.11. Pour marquer la continuité, Mimir commence en v2.0. Avec une promesse : sur la plupart des configurations, une migration « en moins de 10 minutes » depuis Cortex.

Mimir reprend le code de Cortex et y ajoute des éléments qu’on ne trouvait jusqu’alors que sur Grafana Cloud et GEM. Par exemple, les requêtes fédérées entre locataires, la réplication multizone et la prise en charge de davantage de sources (Datadog, Graphite, Influx, OpenTelemetry).

Grafana Labs propose deux versions commerciales de Mimir pour lesquelles il assure le support : une en SaaS et une pour hébergement interne. Grafana Cloud et GEM s’appuient depuis plusieurs mois sur le socle fonctionnel de Mimir.

Illustration principale © pexels – Shutterstock

Recent Posts

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

6 heures ago

Microsoft peine à convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

6 heures ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

7 heures ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

8 heures ago

Silicon Data Awards 2022 – A vos candidatures !

La 1ère édition des Silicon Data Awards est lancée ! Rejoignez le concours avant le…

9 heures ago

Open Source : entre la SFC et GitHub, le torchon brûle

L'entrée en phase commerciale de Copilot ne passe pas. La Software Freedom Conservancy (SFC) a…

12 heures ago