‘Open source’: Mandriva Pulse passe en télé-distribution

Régulations

L’éditeur Linux européen et français annonce le premier outil complet et ouvert de télé-distribution en ‘open source’ sous licence GPL. Mission: accompagner et gérer les migrations Linux en environnement hétérogène

François Bancilhon, le CEO de Mandriva, fait un double constat chez ses grands clients : la flexibilité de Linux permet de s’adapter aux besoins métiers et vient confirmer la démarche stratégique de l’adoption de l’open source ; mais le gros problème demeure la gestion et l’administration de ces environnements, indispensables pour minimiser le TCO (réduction des coûts).

Et de décrire les quatre couches qui constituent cette démarche : -le réseau avec ses outils de gestion, -la machine et la gestion d’inventaire, -le software (logiciel) avec la télé-distribution, qui ne fait pas l’objet d’une offre open source, -la gestion des ‘assets’ (actifs) liés au software, contrats, support, maintenance, etc. Pulse est destiné à combler ce vide: “C’est un outil open source de télé-distribution qui adopte la flexibilité de Linux et capable de gérer l’hétérogénéité“, décrit François Bancilhon. “Pulse est le fruit du développement collaboratif d’une technologie, avec des clients comme Dassault Aviation ou le Crédit Agricole. Il est basé sur des technologies Mandriva existantes et technologies nouvelles à partir d’un nouveau langage, Ruby.” Pourquoi Ruby ? “On est une start-up du Sentier“, commente avec humour le patron de Mandriva. “C’est un langage à la mode qui a séduit notre équipe de développement. Il est compatible avec les modules Perl. Multi plates-formes il dispose d’agents sous Windows, par exemple. Et il offre une rapidité de développement pour les interfaces Web.” David Barth, directeur technique de Mandriva, évoque certains aspects techniques de Pulse. En particulier le support de la technologie IAMT d’Intel pour gérer la machine à distance, avec un agent Linux qui occupe un petit volume pour procéder à des installations et disposer d’un module de pilotage de l’amorçage. “Pulse est plus tourné vers le push que le pull, avec un référentiel pour le développement de scénarios spécifiques d’installation et de déploiement Mandriva, SUSE ou Red Hat“, nous explique David Barth. “Pour gérer un parc Windows, Pulse relève les informations d’indicateurs essentiels, comme l’occupation disque ou CPU. Mais Pulse est surtout un outil de migration Windows vers Linux.” Mandriva Pulse est une solution qui n’est qu’au début de sa vie, mais elle marque l’ambition de l’éditeur à se faire reconnaître non plus par sa distribution mais par sa stratégie de plate-forme, à l’image de MySQL ou de JBoss. Le moyen aussi de continuer à s’imposer comme un éditeur professionnel et à destination des grands comptes. Reste à Mandriva à consolider son offre en lui adjoignant des outils de gestion des licences, des actifs ou des incidents, en priorité en piochant dans les travaux de la communauté ‘open source’. Distribution en projets et tarification

Avec Pulse, Mandriva a sauté le pas d’une technologie à une solution packagée rendue accessible à ses partenaires. Fidèle à la politique de l’éditeur, le produit est proposé sous licence GPL. La distribution se fera en mode projet, avec les partenaires SSII et SSLL de l’éditeur, dont les premiers sont en cours de certification sur Pulse. Le prix pourra varier de 30.000 à 100.000 euros pour 500 à 1000 postes, selon la taille et la complexité du projet, mais aussi selon le degré de participation du client. Solution open source GPL, donc sous licence gratuite, ce prix couvre la formation, le conseil, l’accompagnement du déploiement, le support et la maintenance.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur