Pour gérer vos consentements :
Categories: LogicielsOpen Source

Open Usage Commons : l’initiative de Google décriée

Ce 8 juillet 2020, Google officialisait la création de l’Open Usage Commons.

L’organisation se pose comme un tiers de confiance pour aider à gérer certains aspects de propriété intellectuelle des projets open source. Plus précisément, les questions de marques déposées. Elle a pour le moment sous son aile trois projets dans lesquels Google est impliqué : Angular, Gerrit et Istio.

Des six membres que comprend son comité de direction, trois travaillent ou ont travaillé pour le groupe américain. Une représentation qui n’est pas du goût de Joe Beda.

Le cofondateur d’Heptio doute plus globalement de la pertinence de l’Open Usage Commons. D’après lui, la gestion d’une marque déposée est, « à un certain degré », indissociable de la gestion du projet qu’elle représente.

Qui a dit Istio ?

La fondation Linux a fait la même remarque, en tout cas sur les bases de la loi américaine*. Non sans ajouter qu’elle gérait déjà les marques déposées de certains des projets qu’elle héberge.

Autre fondation à avoir haussé le ton : la CNCF, par la voie de son directeur technique Chris Aniszczyk. L’intéressé se dit perplexe quant à l’Open Usage Commons. Il estime que la gouvernance ouverte implique plus que simplement les marques déposées.

En toile de fond, le problème Istio. Ce service mesh est né, voilà un peu plus de trois ans, de la fusion de projets made in IBM et Google. La firme de Mountain View avait pris le lead et promis de passer la main à une organisation open source. Elle ne s’est toujours pas exécutée… et le message est clair : l’Open Usage Commons n’y changera rien.

L’initiative participe toutefois, assure Google, d’une « promesse continue d’ouverture » qui impliquera une refonte du comité de pilotage d’Istio. Celui-ci réunit pour le moment six représentants de Google, trois d’IBM et un de Red Hat. Une réflexion communautaire est en cours pour effectuer les changements qui «[refléteront] la croissance de l’écosystème ».

IBM, Oracle : des voix s’élèvent

IBM lui-même est monté au créneau. Les propos de son directeur technique Cloud Platform résument la situation : « L’initiative n’est pas à la hauteur des attentes de la communauté en matière de gouvernance ouverte. Sans une approche détachée de tout vendeur naîtra de la friction dans la communauté Kubernetes. »

Jon Mittelhauser, directeur des services aux développeurs chez Oracle, est sur la même ligne. Idem pour Darren Shepherd, cofondateur de Rancher Labs, dont SUSE vient d’annoncer l’acquisition.

* Autre point à noter aux États-Unis : la jurisprudence établit qu’on peut posséder une marque sans l’avoir déposée. Google est dans ce cas : l’Office américain des brevets (USPTO) a décliné sa demande l’an dernier. En cause : une possible confusion avec la marque SAIL, traduction littérale du mot grec « istio ».

Illustration principale © verbeeldingskr8 via VisualHunt / CC BY-NC-SA

Recent Posts

NegaOctet se concrétise : quels seront ses premiers usages ?

Le projet « green IT » NegaOctet a officiellement produit ses premiers livrables exploitables. Que…

3 heures ago

Nobelium : un parfum de SolarWinds en France

L'ANSSI attire l'attention sur des campagnes de phishing sévissant en France. Elle les attribue à…

4 heures ago

Hyperconvergence logicielle : la question du rapport qualité-prix

Les offres d'hyperconvergence logicielle dont le Magic Quadrant distingue l'exhaustivité n'apparaissent pas forcément comme les…

6 heures ago

Cinov Numérique : Emmanuelle Roux succède à Alain Assouline

Elue présidente de Cinov Numérique, Emmanuelle Roux affirme le rôle clé des PME de l'IT…

6 heures ago

AWS : une stratégie mainframe qui passe par Micro Focus

AWS lance, en phase expérimentale, un kit de migration mainframe-cloud qui repose sur des outils…

1 jour ago

Arm-NVIDIA : de la Chine aux USA, les barrières se dressent

Aux États-Unis, un nouvel obstacle se dresse face au projet de fusion Arm-NVIDIA. Quelles autres…

4 jours ago