Open World Forum : « Les entreprises contribuent encore peu au développement open source »

LogicielsOpen Source

Seconde édition pour l’Open CIO Summit, une rencontre menée dans le cadre de l’Open World Forum. Entretien avec Véronique Torner, coorganisatrise de cet événement dédié aux DSI.

L’Open World Forum 2010 accueille, pour sa seconde édition, l’Open CIO Summit, un événement «animé par les DSI pour les DSI». Petit bilan avec Véronique Torner, coorganisatrice de ce rassemblement, et également cofondatrice et codirigeante d’Alter Way. « Nathalie Kosciusko-Morizet [secrétaire d’État à la prospective et au développement de l’économie numérique, NDLR] et Bruno Ménard [président du CIGREF, NDLR] ont envoyé un message clair en faveur de l’open source », se réjouit-elle.

Les entreprises présentes sont-elles convaincues par les logiciels libres ?
Cette étape semble franchie : les DSI semblent comprendre les paramètres liés à l’utilisation de code open source. Cette année, les questions portent sur la gouvernance et la contribution. Il faudra donc encore du temps, mais nous allons dans le bon sens. La crise économique a surement participé à accélérer ce mouvement.

Les professionnels participent-ils beaucoup aux efforts de la communauté ?
Il y a encore peu de contributions. Certaines entreprises reversent leurs travaux sous licence open source, car cela a un sens en terme de modèle économique. Un logiciel libre permet en effet de s’affranchir en partie des problèmes de support (assuré par l’ensemble de la communauté), mais aussi de gagner en image de marque. L’open innovation reste toutefois encore rare en entreprise, en dehors des clusters. Cependant, c’est un rôle dévolu aux pôles de compétitivité comme Cap Digital ou Systematic, qui disposent tous deux de groupes de travail dédiés à l’open source.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur