Open World Forum – Bull : « Il faut éviter que le cloud ne se transforme en un nouveau silo de données »

CloudOpen SourceRéseaux

Quid de l’open source chez Bull ? Jean-Pierre Laisné se charge de répondre à cette question, et de nous apporter sa vision de ce que doit et ne doit pas être le cloud.

Jean-Pierre Laisné est une personnalité aux multiples casquettes : président du consortium OW2, il est également responsable de l’open source chez Bull et coprésident de l’Open World Forum 2011. C’est dans le cadre de cet événement que nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec lui.

L’open source fait partie de l’ADN de Bull
« Cela fait dix ans que je suis chargé chez Bull d’introduire des bonnes pratiques open source. L’open source est maintenant omniprésent au sein de la société. Il forme ainsi 90 % des composants logiciels de bullx. Si l’on retirait l’open source des services et de l’ingénierie de Bull, cela supprimerait beaucoup d’activité. »

Un modèle qui s’impose dans le secteur public
« La demande est forte de la part de nos clients. Si les grands comptes cherchent toujours un fournisseur et des solutions, les administrations et les grandes collectivités demandent du logiciel libre pour des raisons stratégiques. En tout état de cause, l’open source transforme la DSI, ainsi que la façon d’aborder les problèmes. »

Des implications culturelles fortes
« L’open source est une plate-forme d’intermédiation entre différents problèmes de business, de société, de culture et de politique. C’est également un modèle viral qui trouve des débouchés dans des domaines aussi variés que l’art, la construction, le travail… Cette plate-forme permet le changement, mais le provoque aussi parfois (cf. le coup de pouce donné par le web aux révolutions arabes, Internet étant basé pour l’essentiel sur des technologies open source, NDLR). »

Il faut ‘désiloter’ le cloud
« Il faut tout faire pour éviter que le cloud ne se transforme en un nouveau silo de données. Le chantier de l’interopérabilité est ainsi essentiel. Il est important aussi de descendre au plus bas dans le cloud, avec des offres de type personnal cloud.

Interopérabilité, fédération de cloud, personnal cloud… ce sont des sujets sur lesquels nous planchons dans le cadre du projet CompatibleOne. Nous travaillons également sur un système de broker de services, qui permettra de décolérer le catalogue de services du cloud. »

Un cloud flexible ?
Pouvoir adapter le cloud a toutes les tailles d’infrastructures, du PC isolé au datacenters les plus massifs, en passant par un petit ensemble de machines reliées par Internet, l’idée est effectivement séduisante, car elle permettrait de remplacer le concept de silotage par celui de distribution flexible des ressources.

Dans ce contexte, l’interopérabilité entre les diverses offres de cloud et les futurs modèles mini cloud et personnal cloud constituent des éléments importants, et pas seulement pour le projet CompatibleOne. Juju permet ainsi de déployer des mini et micro clouds sur la distribution Linux Ubuntu.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur