Pour gérer vos consentements :

OpenAI Codex traduit l’anglais en code de programmation

Le laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle (IA), OpenAI  a mis à jour OpenAI Codex, son outil d’apprentissage automatique qui traduit la langue anglaise en code de programmation. Le laboratoire à but non lucratif a révélé dans un article de blog qu’il avait commencé à en proposer une version bêta privée.

OpenAI existe depuis fin 2015 , date à laquelle il a été fondé à San Francisco par Elon Musk, Sam Altman et d’autres qui ont promis 1 milliard $ de dons. Elon Musk a démissionné du conseil d’administration en 2018, mais reste un donateur.

En 2019, OpenAI a reçu un milliard $ de Microsoft qui est partenaire depuis 2016 . Depuis lors, OpenAI a utilisé Azure comme plate-forme cloud principale pour créer des outils d’IA et approfondir ses recherches.

OpenAI Codex disponible via une API

« Nous avons créé une version améliorée d’OpenAI Codex et nous la publions via notre API en version bêta privée à partir d’aujourd’hui », explique le blog.

« Codex est le modèle qui alimente GitHub Copilot, que nous avons construit et lancé en partenariat avec GitHub il y a un mois. Maîtrisant plus d’une douzaine de langages de programmation, Codex peut désormais interpréter des commandes simples en langage naturel et les exécuter au nom de l’utilisateur, ce qui permet de créer une interface en langage naturel pour les applications existantes. Nous invitons maintenant les entreprises et les développeurs à s’appuyer sur OpenAI Codex via notre API. » poursuit-il.

Une démo YouTube est disponible ici . Elle montre notamment comment le Codex peut être utilisé pour créer des sites Web simples et des jeux rudimentaires en utilisant le langage naturel mais aussi traduire entre différents langages de programmation et répondre aux requêtes de la science des données.

L’espoir est que l’outil d’apprentissage automatique aidera réellement à accélérer le travail des programmeurs professionnels, ainsi qu’à aider les amateurs à commencer à coder eux-mêmes.

« Cela prend des gens qui sont déjà des programmeurs et supprime le travail fastidieux. Nous voyons cela comme un outil pour multiplier les programmeurs », a déclaré Greg Brockman, directeur technique et cofondateur d’OpenAI, à The Verge .

« La programmation comporte deux parties : vous devez » réfléchir sérieusement à un problème et essayer de le comprendre « et » mapper ces petits morceaux au code existant, qu’il s’agisse d’une bibliothèque, d’une fonction ou d’une API « , a déclaré Greg Brockman, directeur technique et cofondateur d’OpenAI, à The Verge .

Article original de Tom Jowitt

Recent Posts

Cloud : AWS change de RSSI

CJ Moses, CISO adjoint et VP Security Engineering d'AWS, prendrait le relais de Stephen Schmidt,…

2 jours ago

Stockage primaire : que surveiller après la révolution flash ?

La mémoire flash désormais bien installée, comment évolue le marché du stockage primaire ? Aperçu…

2 jours ago

Ingénierie : 4 propositions avant la présidentielle 2022

Réindustrialisation, souveraineté énergétique, transition climatique... Syntec Ingénierie fait ses recommandations aux candidats à la présidentielle…

2 jours ago

Avenir de l’open source : les alertes se multiplient

Que faire face aux entreprises qui se nourrissent de l'open source sans contribuer en retour…

2 jours ago

Numérique et environnement : ces 7 start-up portées par Microsoft

Microsoft et ses partenaires soutiennent 7 jeunes pousses européennes, de Carbon Time à Space4Good, via…

3 jours ago

Tanzu Application Platform : VMware a-t-il trouvé son OpenShift ?

Top départ pour Tanzu Application Platform. Avec ce PaaS pour Kubernetes, VMware concrétise une démarche…

3 jours ago