Oracle sort précipitamment Office.org 3.3… dans l’ombre de LibreOffice

CloudOpen Source

Oracle dévoile la mouture définitive de la suite bureautique OpenOffice.org 3.3. Un lancement effectué dans le plus grand désordre, semble-t-il. A cause de la sortie de LibreOffice 3.3 ?

Un jour après la sortie de LibreOffice 3.3 en mouture définitive, c’est au tour de la suite bureautique open source OpenOffice.org 3.3 de faire son entrée. En coupant l’herbe sous le pied d’Oracle (OpenOffice.org), la Document Foundation (LibreOffice) semble avoir piqué au vif le géant américain.

La sortie d’OpenOffice.org 3.3 est presque passée inaperçue. De fait, LibreOffice en reprend toutes les nouveautés, auxquelles il ajoute des fonctionnalités issues du projet Go-oo. De plus, ce logiciel dispose d’un très large soutien de la part de la communauté.

Doit-on en déduire qu’OpenOffice.org vit ses derniers jours ? Non. Cette nouvelle version est solide et présente un certain nombre de nouveautés (qui sont décrites in extenso sur cette page web) : une meilleure protection des documents issus du tableur et du traitement de texte, la possibilité de gérer jusqu’à un million de lignes par feuille dans le tableur, une gestion améliorée des mises en page dans l’outil de présentation, etc. L’ensemble des modules profitera également de la présence d’un champ de recherche, d’un assistant d’impression refondu et de la possibilité d’inclure les polices de caractères dans les fichiers PDF générés par la suite bureautique. Certaines retouches sont mineures, mais tout aussi utiles : il est ainsi possible de réinitialiser la langue d’un document texte, de colorer les onglets désignant les feuilles du tableur, d’insérer des dessins dans les graphiques, d’y utiliser des libellés hiérarchiques, etc. Pratique.

Oracle peut compter sur plusieurs atouts pour imposer son produit : les personnes disposant d’OpenOffice.org 3.2 se verront proposer une mise à jour vers OpenOffice.org 3.3… et non vers LibreOffice 3.3. Problème: des modifications sur le serveur du projet semblent avoir cassé la fonctionnalité ‘mise à jour’ intégrée au logiciel. La compagnie devra corriger ce point sans attendre, au risque de voir ses utilisateurs partir chez la concurrence, qui – rappelons-le – propose les mêmes nouveautés (et plus encore).

Notez que les responsables du projet se sont tellement précipités pour cette sortie que la nouvelle version de la suite bureautique n’est – au moment où nous écrivons ces lignes – livrée que dans un nombre très limité de langues : anglais, allemand, basque (!), finlandais, irlandais, italien, néerlandais, russe, serbe et slovène. Non, vous ne rêvez pas, OpenOffice.org 3.3 n’est pas encore disponible en français. Les développeurs se rattrapent toutefois en termes de systèmes d’exploitation couverts : Windows, Linux (x86 32 bits et 64 bits, Mac OS X (x86 et PowerPC) et Solaris (x86 et SPARC).

Cette sortie très chaotique ne fait que confirmer une hypothèse: Oracle ne s’attendait pas à voir la Document Foundation proposer si rapidement une version définitive de LibreOffice.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur