Pour gérer vos consentements :

Alors que se déroule à Barcelone l’OpenStack Summit, le cabinet d’analystes 451 Research indique que la plateforme Cloud rime avec profit. En effet, selon un rapport, les entreprises qui commercialisent la solution Open Source vont générer des revenus totaux de 1,8 milliard de dollars cette année, 2,5 milliards de dollars en 2017 et atteindront près de 6 milliards de dollars en 2020 (soit une croissance de 35%).

Selon 451 Research, la croissance d’OpenStack sera portée par les entreprises qui utilisent la plateforme Cloud en soutien des workloads non critiques comme les environnements de test et de développement. L’étude estime néanmoins qu’à partir de 2019, le déploiement des Cloud privés va éclipser les fournisseurs de Cloud comme source principale de revenu dans l’écosystème du projet.

Une bonne nouvelle pour des sociétés comme Mirantis qui proposent des versions commerciales de la plateforme pour simplifier les implémentations sur site. Ce type de distributeur peut espérer des revenus bonifiés avec la croissance d’OpenStack.

La réduction des coûts séduit, mais attention à Docker

L’étude confirme que le choix d’OpenStack est très souvent dicté pour une question de réduction des coûts. La semaine dernière, une analyse de la Fondation OpenStack montrait déjà que l’objectif numéro 1 des entreprises en s’orientant vers la plateforme Open Source était de voir la facture finale baisser. Pour 451 Research, le déploiement on premise d’OpenStack est moins cher que l’accès au Cloud public au-delà de 400 machines virtuelles par administrateur. Fort de cette efficience économique, les entreprises peuvent envisager de déployer OpenStack pour plusieurs scénarios, virtualisation du réseau (SDN), mobilité, Big Data ou des projets sur l’Internet des objets.

Dans ce tableau idyllique, 451 Research voit une ombre qui s’appelle Docker. La technologie de conteneurisation est perçue comme étant complémentaire à la plateforme Cloud. Mais Docker pourrait à terme devenir un substitut plus attrayant dans de nombreux cas d’usage. « Le focus persistant autour de Docker et de la gestion des conteneurs menace d’éclipser OpenStack, un peu comme ce dernier a effacé CloudStack des esprits et des parts de marché », souligne Al Sadowski, vice-président du cabinet d’études.

A lire aussi :

OpenStack séduit les utilisateurs parce qu’il fait baisser les coûts

OpenStack Newton : extensif, résilient et conteneurs friendly

Crédit Photo@romrf-Shutterstock

Recent Posts

Transition numérique : une solide croissance à deux chiffres

Les investissements mondiaux dans les technologies et services de transformation numérique progresseraient de plus de…

14 heures ago

Classement Forbes : 20 milliardaires de la Tech

De Jeff Bezos (Amazon) à David Duffield (Workday), voici la liste Forbes des 20 personnalités…

18 heures ago

Dix pistes d’action pour sécuriser l’open source

Comment améliorer la sécurité de l'open source ? Éléments de réponse avec le plan d'action…

20 heures ago

Twitter : Elon Musk joue les équilibristes

Après avoir annoncé la suspension de l'accord pour le rachat de Twitter, Elon Musk s'est…

4 jours ago

Cybersécurité : CyberArk crée un fonds doté de 30 millions $

Financer une nouvelle génération de start-up des technologies de cybersécurité, c'est l'objectif affiché par CyberArk…

4 jours ago

Silicon Day Workplace : quelle Digital Workplace à l’heure du travail hybride ?

Silicon.fr vous invite à Silicon Day Workplace, une journée dédiée aux enjeux de la Digital…

4 jours ago