OpenStack Folsom, nouvelle version du gestionnaire de cloud open source

CloudOpen Source
openstack cloud open source

Plus 330 développeurs ont travaillé d’arrache pied pour rendre Folsom disponible avant l’OpenStack Design Summit qui se tiendra à la mi-octobre.

Le projet OpenStack d’environnement de contrôle des architectures cloud en mode open source vient de franchir une nouvelle étape avec la version OpenStack 2012.2, nom de code Folsom, rendue disponible, et dans les délais annoncés !

Avec Folsom et ses 550.000 lignes de code, le projet OpenStack fait sa mise à jour et se dote d’un ensemble de nouvelles fonctionnalités et de modules applicatifs qui viennent l’enrichir. En effet, au delà du cœur OpenStack Nova qui contrôle le ‘compute’ (les serveurs) et de Swift pour le contrôle du stockage objet, OpenStack est une ombrelle qui abrite de nombreux autres projets.

Rappelons qu’OpenStack doit, pour fonctionner, embarquer un kernel (noyau) Linux ; soit Ubuntu 12.04 (prochainement 12.10) de Canonical, soit Fedora 17 (bientôt 18) de Red Hat.

OpenStack Nova

Nova a subit des évolutions importantes, en particulier pour améliorer l’automatisation de la gestion des ‘workloads’. L’ensemble des CPU (processeurs) et des GPU (coprocesseurs graphiques, qui peuvent être exploités pour le calcul) qui composent l’infrastructure d’un cloud bénéficie de suffisamment de visibilité et de granularité pour permettre de piloter chaque composant.

Par exemple, dans une infrastructure de calcul construite sur des GPU, un GPU peut être abandonné, les machines virtuelles qui s’exécutent sur ce denier seront déplacées vers les autres GPU.

Nova se dote également du support des hyperviseurs Microsoft Hyper-V sur les clusters de serveurs x86. Le nouveau service Nova-api de multi-process-api permet d’exécuter plusieurs API, contre une unique auparavant.

OpenStack Swift

Swift a certainement enregistré la plus forte évolution. Le middleware Swift3, destiné au support du cloud Amazon AWS, a été séparé et devient un co-projet. À l’inverse, le middleware Keystone pour l’intégration Swift rejoint Swift.

Swift supporte les écritures versionnées d’un objet. L’intégration en profondeur de statistiques permet le monitoring d’un cluster Swift. Enfin, le nouveau format des ‘rings’ sur disque est une centaine de fois plus rapide avec les nouvelles versions de Python.

OpenStack Quantum

Le stockage OpenStack se voit complété d’une très attendue interface de gestion des réseaux virtuels dans le cloud, Quantum, un projet piloté par Nicira, la solution probablement la plus avancée en matière de virtualisation des réseaux récemment acquise par VMware.

Quantum est accompagné d’un contrôleur NVP OpenFlow. De quoi supporter les switch (commutateurs) virtuels Open vSwitch de Nicira, le contrôleur OpenFlow de NEC, le Nexus 1000v de Cisco, ainsi que Ryu, l’OS réseau open source pour environnement Linux. En tant que membre de OpenStack via Nicira, VMware pourrait bientôt (?) supporter Open vSwitch en plus de vSwitch.

Quantum vient compléter OpenStack dans sa partie la plus faible. Concentré sur le calcul et le stockage, il manquait le module réseau, un ‘oubli’ aujourd’hui comblé. De quoi apporter également des capacités de réseaux virtuels type SDN.

OpenStack Cinder

Dans Folsom, la gestion du stockage block fait désormais l’objet d’un sous-projet alternatif nommé Cinder, qui va évoluer en parallèle au stockage en mode objet (fichiers). Cette séparation devrait permettre à OpenStack de développer plus rapidement ces deux modes de stockage pour probablement les faire converger ultérieurement. A noter que le service Nova Volume a été embarqué dans Cinder.

OpenStack Dashboard

La console de pilotage OpenStack Dashboard bénéficie également d’une mise à jour, à la fois du service d’authentification Identity et d’Image Service, ce qui devrait renforcer la maturité du projet OpenStack côté administration. Ceci est particulièrement important puisqu’OpenStack est un contrôleur cloud.

D’autres améliorations ont été apportées à OpenStack, à découvrir ici.

architecture openstack
L'architecture logique d'OpenStack

OpenStack Grizzly

La prochaine mise à jour d’OpenStack – dont le contenu sera déterminé lors de l’OpenStack Design Summit qui se tiendra à la mi-octobre à San Diego – prendra le nom de code Grizzly. Elle est attendue pour avril 2013.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire du cloud


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur