Opera, navigateur non grata sur l'iPhone

Cloud

La version dédiée existe mais Apple n’en veut pas

Opera voyait bien son navigateur Web éponyme se faire une place dans l’iPhone d’Apple. D’ailleurs, l’éditeur norvégien a développé une version dédiée pour le terminal à la pomme. Pour le groupe, il s’agissait d’une évolution naturelle et stratégique, son navigateur est principalement utilisé sur les terminaux mobiles (80% de son activité).

Mais du côté d’Apple, on ne l’entend pas de cette oreille. Malgré l’ouverture de la firme aux applications tierces pour son combiné, Apple ne veut pas d’Opera. La firme a indiqué que l’application ne sera pas disponible sur son App Store. La firme a donc envoyé une fin de non recevoir à Opera… L’information vient du cofondateur d’Opera, Jon Stephenson von Tetzchner himself dans un entretien au New York Times.

Pourquoi tant de haine ? Apple décide seul des applications autorisées à figurer sur App Store. Par ailleurs, il entend protéger son navigateur maison Safari. La pomme souhaite couvrir ses arrières en n’autorisant qu’un seul point d’accès pour le Web. Surtout, Apple ne veut pas d’un concurrent direct à ses propres applications livrées par défaut dans ses produits. Une stratégie défensive, inscrite noire sur blanc dans les conditions d’utilisation du SDK (Software Development Kit) de l’iPhone qui n’est pas du goût de tous.

L’exemple d’Opera n’est pas isolé. Podcaster, un logiciel de gestion et de téléchargement de podcasts, NetShare et Fennec, la version mobile de Firefox, ne seront eux-non plus jamais disponible sur App Store alors que des versions dédiées existent.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur