Opera Software prépare de multiples nouveautés pour son navigateur web

Cloud

Opera Software promet d’ajouter des fonctionnalités à son butineur. Pourra-t-on bientôt disposer de l’accélération graphique ou du WebGL ? Les paris sont ouverts.

Le navigateur web Opera n’est certes pas le plus utilisé. Toutefois, il s’octroie 2 % de parts de marché sur les 30 derniers jours (4,24 % en Europe et 1,07 % en France). Ce butineur marque des points sur les terminaux mobiles où Opera Turbo permet de réduire la consommation de bande passante.

Avec la mouture 10.50 du navigateur, les développeurs ont proposé un moteur JavaScript de nouvelle génération, Carakan, qui décroche des scores très élevés aux divers tests présents sur le web. Cette version a également introduit un nouveau moteur de rendu HTML, Presto 2.5, et la librairie graphique Vega. Avec la version 11, Opera s’est ouvert aux extensions.

Pour la mouture 11.10 du butineur, les responsables de la firme ont décidé d’adopter un logo et un nom de code, « Barracuda ». Objectif, montrer que leur produit va franchir un cap en terme de fonctionnalités. En fait, ce sera le cas de toute une série de versions successives qui devraient chacune proposer une fonctionnalité majeure.

Opera Software n’en dira pas plus pour le moment. Toutefois, plusieurs idées nous viennent rapidement à l’esprit : la fonctionnalité la plus attendue est en effet le support de l’accélération graphique matérielle au sein de la librairie Vega, une innovation annoncée pour la plupart des navigateurs concurrents.

Autre tâche plus ardue, le support du WebGL, qui est d’ores et déjà présent sous Chrome et pourrait le devenir aussi prochainement sous Firefox et Safari. Enfin, la refonte de la page de garde de l’application (Speed Dial) ne serait pas un luxe, les autres logiciels ayant bien progressé dans ce domaine (en copiant souvent Opera, il faut le signaler).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur